close
Légalisation

Une majorité en Angleterre soutient la politique de libéralisation

Blog-Cannabis

Un sondage révèle que les décideurs sont “nettement en retard” sur l’opinion publique

Le public a une attitude assez libérale à l’égard des «drogues douces» et perçoit le cannabis comme moins nocif que le tabac ou l’alcool. Deux fois plus d’adultes britanniques soutiennent désormais la légalisation du cannabis qu’ils ne s’y opposent, selon un sondage révélant un «fossé grandissant» entre l’opinion publique et la législation en matière de drogue.

L’ enquête YouGov a révélé que 48% des électeurs étaient favorables à la légalisation de l’usage récréatif, soit une hausse de cinq points par rapport à l’année dernière; seuls 24% s’y sont opposés .

Une majorité de Britanniques sont en faveur d’une position plus souple à l’égard du cannabis

Le soutien au cannabis médical était encore plus fort, 77% des personnes interrogées ayant déclaré qu’il devrait être autorisé. Une proportion similaire de personnes interrogées ont déclaré qu’elles envisageraient d’utiliser des traitements à base de cannabis si il existait des preuves solides que cela leur soit bénéfique.

Une des raisons pour lesquelles le public tient ces propos est peut-être parce qu’ils ne croient pas que le cannabis soit aussi nocif en premier lieu. Un peu plus de six personnes sur dix (62%) pensent que la substance est nocive pour les personnes qui en prennent régulièrement, un quart (25%) la qualifiant de «très» nocive.

Les Britanniques considèrent que le cannabis est moins nocif que le tabac ou l’alcool.

Plus de neuf personnes sur dix (93%) estiment que le tabac est nocif et une majorité (56%) le considère comme «très» nocif. Bien que l’alcool se porte mieux (les chiffres étant respectivement de 83% et 32%), il est toujours considéré comme plus dommageable que le cannabis.

Le groupe des conservateurs sur la réforme de la politique des drogues(CDPRG), qui a commandé le sondage, a déclaré que les résultats indiquaient “un appétit croissant pour une nouvelle approche de la politique en matière de drogue au Royaume-Uni”.

à lire aussi
Moins d'adolescents fument du cannabis dans les pays où la légalisation est autorisée

«Ce sondage montre que le gouvernement et les politiciens sont nettement en retard sur la pensée du public», a déclaré Rob Wilson , chef de la direction du groupe et ancien ministre conservateur de la société civile.

Il a ajouté: “Cela illustre le fossé grandissant entre les politiques d’interdiction généralisées, vieilles de plusieurs décennies et l’attitude croissante de millions d’électeurs prêts à appliquer de nouvelles approches axées sur l’amélioration de la réduction des risques, des dommages et des résultats en matière de soins de santé.”

Les résultats ont été obtenus après que le gouvernement a légalisé certains médicaments à base de cannabis en novembre dernier, donnant aux médecins spécialistes le pouvoir de prescrire.

De manière générale, le public a une attitude plus nuancée à l’égard de drogues douces. Par conséquent, adopter une position plus libérale risque de ne pas recevoir le contrecoup que craignent de nombreux politiciens.

Les jeunes Britanniques sont les plus favorables à un assouplissement sur le cannabis

Malgré cela, pratiquement aucune ordonnance du NHS (système de la santé publique) n’a été émise à ce jour, ce qui laisse les prescriptions privées onéreuses bien au-delà de la portée de la plupart des familles .

Un peu moins du quart des 1690 personnes interrogées dans le sondage estiment que les patients qui se sont vu prescrire par leur médecin du cannabis devraient être autorisés à cultiver leurs propres plantes, 22% estimant que quiconque devrait être autorisé à l’auto-culture.

L’appui en faveur de la légalisation du cannabis a été le plus fort parmi les jeunes et les personnes vivant à Londres, où 56% ont soutenu le changement. 52% des participants âgés de 18 à 49 ans dans le pays sont en faveur de la légalisation récréative.

à lire aussi
Le cannabis pourrait-il être la prochaine industrie d'un milliard de dollars au Royaume-Uni ?

69% des personnes interrogées ont déclaré que le gouvernement luttait pour faire face au problème de la drogue au Royaume-Uni, sept participants sur 10 estimant que la politique d’interdiction actuelle ne permettait pas de réduire les dommages.

53% ont estimé que la consommation de drogue devrait être considérée comme un problème de santé et devrait être traitée au moyen de stratégies de réduction des méfaits plutôt que de la prohibition, ce que plus des trois quarts ont déclaré ne pas être un moyen de dissuasion efficace.

Les résultats de cette enquête démontrent le besoin urgent pour les décideurs et le gouvernement de commencer à repenser la politique des drogues dans le cadre d’un débat ouvert, pleinement éclairé et fondé sur des preuves.

Le CDPRG a été lancé le mois dernier par M. Wilson et le député conservateur Crispin Blunt , qui a appelé à la légalisation du cannabis d’ici cinq ans. Le groupe a été créé pour faire pression pour un «examen clair et complet de la politique en matière de drogue».

Mike Barton, l’ancien chef de police de Durham, a dit : “Nous ne pouvons tout simplement pas nous sortir des problèmes de la drogue. Bon nombre d’entre nous dans le domaine de l’application de la loi réclament depuis longtemps une approche de santé publique à l’égard des drogues.

«Ces sondages montrent que le public britannique reconnaît que la prohibition n’est pas la solution aux problèmes de drogue. Une approche de santé publique pourrait réduire les dommages pour les utilisateurs et libérer des ressources policières pour lutter contre les crimes graves. “

Résultats complet de l’enquête YouGov

Tags : adolescentpoliceProhibitionsondagestatistiqueUK