close
Culture & Grow

Un scientifique jamaïcain tente de recréer la souche fumée à l’origine par Bob Marley

Le Dr Machel A. Emanuel tient des plantes de cannabis en pot dans une serre du campus Mona de l'Université des Antilles à Kingston, Jamaïque. Credit : dailymail.co.uk
Blog-Cannabis

La variété utilisée par Bob Marley dans les années 1970 est de nouveau clonée par un expert Rasta

Pendant les années 50 à 70, la Jamaïque était très connu pour son herbe aux caractéristiques uniques basées sur sa fleur, sa croissance, son odeur, son goût et son euphorie. Un scientifique jamaïcain de 35 ans, Dr Machel Emanuel, a réussi à cloner la souche fumée par Bob Marley dans les années 70.

L’espèce été en voie de disparition depuis la prohibition de 1980. Un des traits unique de cette landrace était son extrême hauteur. Alors que la guerre internationale contre la drogue s’intensifiait, les agriculteurs de ganja réalisèrent que la hauteur des plantes locales permettait aux autorités de découvrir facilement leurs fermes. Avec le temps, cette variété a été remplacée par des variétés plus courtes et plus dissimulables. En quelques années, la plante de race locale avait presque disparu.

Afin de faire revivre cette forme de plante unique, le Dr Emanuel a passé ses dernières années à traverser les Caraïbes à la recherche de semences de variétés locales de l’histoire de la Jamaïque. Ses recherches l’ont conduit en Guadeloupe, à Trinidad et en Dominique à la recherche de Rastas vivant à la campagne et cultivant toujours ce qui reste de ces plantes. Certaines de ces graines proviendraient d’un homme rasta vivant sur une montagne, déconnecté de la civilisation moderne depuis plus de 40 ans.

Dans son laboratoire du département de biologie de l’Université des Antilles à Kingston on y trouve un champ de cannabis sur plusieurs dizaines de mètres carrés. Le biologiste cultive du cannabis depuis 2001 et a déménagé en Jamaïque en 2007 pour poursuivre ses études.

à lire aussi
Evolution du programme médical à New York & au Minnesota

Conformément à ses croyances rastafariennes, le Dr Emanuel veut des conditions plus équitables pour les producteurs des pays en développement.

Il a déclaré que les grandes entreprises luttaient déjà pour obtenir des droits de propriété intellectuelle sur le cannabis de race indigène mais il espérait que ces entreprises adopteraient des pratiques de «commerce équitable» dans leurs relations avec les petits pays. Il veut s’assurer que l’université et les agriculteurs qui ont conservé les semences bénéficient d’un crédit pour leur clairvoyance et leur travail acharné.

La réputation de la Jamaïque repose essentiellement sur ces plantes… La culture de ces plantes pourrait présenter un avantage économique. Elles sont plus résistantes et se développent plus facilement.

Ses recherches ont été faites par amour pour l’horticulture mais le scientifique a aussi développé un plan de marketing complet. Il fait référence à une herbe ” pure ” et ancienne, utilisée par Bob Marley, une présentation séduisante pour les amateurs de cannabis dans les pays et régions qui ont légalisé son usage.

à lire aussi
La nicotine et le cannabis font bon ménage mais ne pas confondre avec le tabac

Bob Marley, Peter Tosh et Bunny Wailers ont consommé cette Landrace, assure le Dr Emanuel. La ganja des légendes du reggae, n’aurait pas été aussi forte que le cannabis moderne, créé artificiellement et qui contient des niveaux plus élevés de THC.

Le Dr Emanuel pense que la culture de cette race spécifique d’origine pourrait ouvrir de nouvelles perspectives économiques pour la Jamaïque, ce qui pourrait éventuellement faire de l’île une destination aussi connue pour son cannabis que la France pour son champagne. 

Regarder les images sur DailyMail

Tags : Bob MarleyJamaïqueRastaRechercheSouche