close
Business

Le tissu de chanvre pourrait révolutionner le textile éthiopien

Le tissu de chanvre pourrait révolutionner le textile éthiopien
Blog-Cannabis

Le potentiel de cannabis de l’Éthiopie évalué à 10 milliards de dollars américains

Une nouvelle étude examine les opportunités régionales et mondiales du cannabis et du chanvre pour l’Afrique. Selon un rapport régional africain et cette étude réalisée par le New Frontier Data, les perspectives de l’industrie en 2019 indiquent que les plantes à fleurs de la famille des Cannabinacées, reconnu pour leur utilisations médicales ou récréatives, ont un potentiel de 9,8 milliards de $ sur le marché éthiopien, se classant deuxième sur le continent Africain seulement après les 15,3 milliards de $ du Nigeria.

New Frontier Data : l’autorité en matière d’analyse de données et de renseignements commerciaux sur l’industrie mondiale du cannabis, annonce la publication de son dernier rapport intitulé Africa Regional Hemp and Cannabis Report : estimant le marché du cannabis total de l’Afrique à 37,3 milliards de dollars US, soit plus de 11% du marché mondial total du cannabis. Le rapport sera publié lors du Symposium InterCannAlliance Africa, le premier événement africain sur le chanvre et le cannabis, les 24 et 25 mai à Victoria Falls, au Zimbabwe.

Depuis que le Lesotho est devenu le premier pays africain à légaliser le cannabis à des fins médicales en 2017, le taux annuel de consommation de cannabis en Afrique a presque doublé : selon le rapport, le taux de consommation mondiale de cannabis est de 6% tandis que le taux de consommation de l’Afrique est de 11,4%, presque le double du taux mondial.

“La demande de produits CBD continue d’augmenter en Europe et bons nombres de pays comme le Canada ont recours aux importations de Colombie afin de pouvoir répondre à la demande croissante, cherchent à en tirer profit. Il sera intéressant de voir si la proximité de l’Afrique avec le vieux continent et ses nombreuses économies agro-industrielles pourrait être mieux positionnée pour fournir un approvisionnement plus rentable “, a noté Giadha Aguirre de Carcer, fondateur et PDG de New Frontier Data.

“Non seulement le chanvre est-il une culture potentielle de faible technicité, à marge bénéficiaire élevée, pour revigorer les économies africaines, mais il pourrait également soutenir les objectifs actuels des Nations Unies en matière de développement durable, tels que la promotion d’une croissance économique régionale inclusive et la création d’emplois durables”.

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes

Ce rapport couvre 13 pays africains, soit plus de 565,4 millions de personnes, et on estime que près de 42,8 millions d’entre eux consomment du cannabis au moins annuellement.
D’ici 2050, la population de l’Afrique devrait doubler, représentant 58 % de la croissance totale de la population mondiale au cours de cette période.

Les plus grands marchés du cannabis en Afrique sont ceux dont la population est la plus importante, le Nigeria (15,3 milliards USD) et l’Ethiopie (9,8 milliards USD) en tête.

Le rapport affirme en outre que “la croissance du continent présente des opportunités à la fois pour le cannabis médical et le chanvre industriel. Le chanvre est une source de fibres et d’oléagineux cultivés aujourd’hui dans plus de 30 pays.

En raison de la confusion entre le chanvre industriel et le cannabis médical, qui est basée sur les similitudes visuelles de variétés de cannabis très différentes, l’utilisation et la circulation du chanvre ont également été limitées dans le monde. Par définition, le chanvre industriel est riche en fibres et pauvre en tétrahydrocannabinol (THC), l’ingrédient psychoactif qui fait de certaines variétés une fleur précieuse.

L’usine et les industries qui l’entourent peuvent soutenir plusieurs des objectifs de développement durable de l’ONU, y compris ceux qui sont les plus prioritaires pour les citoyens africains, et certaines des applications du chanvre industriel, peu coûteuses et accessibles, peuvent être rapidement activées pour soutenir la santé et la croissance en Afrique dans les prochaines décennies”.

Alors que l’estimation du marché s’élève à 9,8 milliards de dollars, l’étude indique que la valeur actuelle estimée du marché de la consommation de cannabis en Ethiopie est de 9,8 millions de dollars. En outre, il indique que le cannabis pourrait aider l’Éthiopie à atteindre ses objectifs, en particulier dans le secteur textile, si elle accorde plus d’attention au chanvre industriel qu’à la plantation de coton.

“Les industries du textile et de l’habillement sont des secteurs en croissance rapide dans l’économie éthiopienne mais le flux de production dans la chaîne d’approvisionnement en coton est très faible: actuellement l’Éthiopie ne cultive pas suffisamment de coton pour approvisionner ses fabricants de textiles, ce qui nécessite l’importation de coton. Le gouvernement a lancé la Stratégie nationale de développement du coton dans le but de devenir le premier producteur africain de coton d’ici les années 2030 afin d’approvisionner les industries du vêtement et du textile. Cependant, la culture du coton nécessite une quantité considérable d’eau, et la variabilité des précipitations saisonnières et annuelles de l’Ethiopie pourrait affecter les rendements “, précise le rapport.

“Les tissus de chanvre d’origine locale peuvent être un complément viable pour les industries éthiopiennes du textile et de l’habillement en coton. La culture du chanvre nécessite environ un quart de la quantité d’eau nécessaire à la production de coton, et le chanvre peut être planté beaucoup plus densément, ce qui entraîne des rendements plus élevés”, souligne le rapport.

Bien qu’il soit interdit de consommer du cannabis en Ethiopie quelle qu’en soit la raison, l’étude indique qu’il est planté librement dans de nombreuses régions du pays, “notamment dans la région de Shashamane, qui a été peuplée d’immigrants rastafari sous le règne du roi Haile Selassie I”.

Il n’y a jamais eu un seul investissement dans le cannabis en Éthiopie et les efforts pour en établir un dans l’État régional d’Amhara ont provoqué un tollé public et l’annulation du plan par une société éthiopienne et canadienne se nommant Africana Cannabis Holdings.

Le ministre de la Santé Amir Aman a twitté que “la position du ministère de la Santé concernant la culture du cannabis à des fins médicales en Ethiopie n’a été ni reconnue ni recherchée. Et aucune approbation réglementaire n’a été donnée. Les demandes pour de tels investissements ont été et continueront d’être refusées.”

Le commissaire à l’investissement, Abebe Abebayehu, a également réitéré que le gouvernement ne délivrera pas de licence d’investissement pour le cannabis en Ethiopie.

Mais, que ce soit à des fins médicales ou autres, l’Éthiopie rejette toute demande d’investissement dans le secteur, même avec un potentiel de recettes de 10 milliards de dollars.

Tags : AffairesAfriqueAgriculture/GrowChanvreEthiopiePlantation