close
Légalisation

La Nouvelle-Zélande devrait-elle légaliser le cannabis d’ici 2020 ?

Blog-Cannabis

Le projet de légalisation est un bon début et une opportunité de réforme depuis 40 ans

Ce n’est pas nouveau, les Néo-Zélandais devraient organiser un férendum sans précédent sur le cannabis d’ici la fin de l’année prochaine. Un référendum sur la légalisation récréative lors des élections de 2020. Ce projet de loi permettrait aux personnes de plus de 20 ans de bénéficier de la fleur. La plus grande opportunité de réforme depuis 40 ans qui ouvrirait des portes au pays et pourrait générer des milliards de dollars par an si le cannabis à usage récréatif est légalisé.

À la recherche d’un expert

Le gouvernement N.Z recherche un expert en cannabis en vue du référendum : un candidats pour le poste de responsable politique relative au référendum sur le cannabis. Le salaire annoncé est de 137479$ – 194088$ par an et les demandes prennent fin ce mercredi. Le ministre de la Justice, Andrew Little, a révélé ce mois-ci que les électeurs recevront un avant-projet de loi qui comprendra un âge minimum de 20 ans pour consommer et acheter du cannabis récréatif légalement.

“Si vous avez fait vos preuves en tant que manager, chef de file et coach, nous voulons en savoir plus, dit la description du poste. Vous aurez de l’expérience dans le coaching et le développement d’équipes et dans le soutien aux individus se développer et prospérer.”

La première introduction en bourse cannabique a été lancée cette semaine

La première offre publique initiale (IPO) de cannabis médicinal du pays a été lancée hier, offrant aux investisseurs kiwis la possibilité d’acheter des actions de la société de recherche et développement Cannasouth avant le référendum de 2020. Dix millions de dollars d’actions d’une société de cannabis médicinal ont été mis en vente ce lundi. Cannasouth ambitionne d’être la première entreprise du genre à figurer sur le NZX.

à lire aussi
3 millions de dollars australiens vont être alloués à l'étude du cannabis médical

La différence entre le Canada et la Nouvelle-Zélande

Ross Bell, directeur exécutif de la NZ Drug Foundation a déclaré au magazine Newshub que le gouvernement pouvait apprendre beaucoup de choses du Canada et de la manière dont il légalisait le cannabis à des fins récréatives, car il s’agissait du premier pays occidental développé à le faire dans tout le pays , contrairement aux États-Unis, qui ne l’ont légalisé que dans certains États. La différence entre le Canada et la Nouvelle-Zélande est que, dans le premier cas, le vote n’était jamais public. Le gouvernement libéral du Premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté le projet de loi en 2017 et le Sénat canadien a eu le dernier mot.

Combien de Kiwis veulent l’accès à la plante?

Selon une enquête : un tiers des Kiwis ont indiqué qu’ils pourraient essayer d’accéder à des produits médicinaux à base de cannabis lorsqu’ils seront plus largement et légalement disponibles l’année prochaine, La société Helius Therapeutics a réaliser l’enquête avec l’aide de Horizon Research.

1156 personnes, dont 14% ont déclaré vouloir absolument accéder aux produits. 10% ont déclaré qu’ils feraient probablement la même chose, ou qu’il étaient susceptibles de le faire. Plus de la moitié des participants ont indiqué qu’ils ne chercheraient pas de produits à base de cannabis à usage médical, dont 23% qui ont déclaré ne pas être susceptibles de le faire et 22% qui ont déclaré qu’ils ne le feraient certainement pas. 12% n’étaient pas sûrs.

Les résultats ont permis à Helius Therapeutics, la plus grande société de cannabis médicinal agréée de Nouvelle-Zélande, de comprendre la taille du marché potentiel, a déclaré son directeur exécutif, Paul Manning.

à lire aussi
Le HomeGrow explose au Massachusetts

Le gouvernement veut réduire le marché du cannabis par la légalisation mais pas le cultiver

L’économiste principal de l’Institut de recherche économique, Peter Wilson, a déclaré que la politique du gouvernement était de réduire la consommation de cannabis et que tout marché futur serait probablement petit et hautement contrôlé. En revanche, le marché parallèle à des fins médicales devrait connaître une croissance continue.

Bilan temporaire

Si la Nouvelle-Zélande votait en faveur de la légalisation et de la réglementation du cannabis récréatif, elle se conformerait aux mesures politiques prises par des pays tels que le Canada et l’Uruguay.

L’avantage de ne pas être l’une des premières nations à mettre fin à l’interdiction est que la Nouvelle-Zélande peut tirer des leçons des erreurs de politique du Canada et de l’Uruguay en matière de cannabis. De plus, les Néo-Zélandais n’auront pas à attendre trop longtemps pour voir la réforme du cannabis si la mesure référendaire est adoptée.

«Sous réserve des décisions du Cabinet, toute législation devant être adoptée avant le référendum, qui comprend des dispositions relatives au système global de cannabis, y compris la culture, la vente, la fourniture et l’utilisation de cannabis à des fins récréatives en Nouvelle-Zélande, serait de préférence adoptée en décembre 2019, avec mars 2020 comme date butoir absolue pour pouvoir organiser le référendum aux élections générales de 2020 », a écrit Little.

Tags : LoiNouvelle-ZélandePolitiqueRécréatif