close
Culture & Grow

4 façons de faire du haschisch à la maison

Blog-Cannabis

Pourquoi fait on du haschisch?

Faire du haschisch est une merveilleuse méthode pour conserver sa production longtemps après la récolte. Que ce soit dans la cuisine ou en laboratoire, la fabrication du haschisch est un processus accessible à tous. En utilisant les méthodes de l’ancienne école ou les nouvelles techniques du marché, le processus est relativement simple : agiter, tamiser, enlever les trichomes, recueillir la résine, trier la résine par taille, sécher la résine, la fumer et en profiter ! Ed Rosenthal aka the Guru of Ganja nous livre ses secrets.

Quels sont les moyens pour faire du Hash ?

  • EAU ET GLACE

L’eau et la glace peuvent être utilisées pour séparer mécaniquement les trichomes de la plante et les tamis peuvent concentrer les glandes trichomes en haschisch non comprimé ou “libre”.

Lire aussi : FABRICATION DU HASCHICH SANS SOLVANTS

  • MACHINES

Un raffinement plus poussé à l’aide de machines et un contrôle plus serré de la température et de l’humidité permettront d’obtenir les concentrés sans solvant les plus puissants.

  • PRESSE

Presser du haschisch non raffiné en boules, en gâteaux ou en plaques est un processus en deux étapes : D’abord, les glandes trichomes sont collectées ; ensuite, le matériel collecté est comprimé en briques ou en boules.

Lire : FRENCHY CANNOLI, LE PÈRE DU HASHPORN

Le pressage du haschisch implique une combinaison de force et de chaleur douce pour condenser les glandes en une masse solide. La forme et la taille du hachisch varient en fonction de la méthode de pressage. Lorsqu’il est pressé à la main, le haschisch est souvent en forme de boule. Le haschisch pressé à plat peut ressembler à de la roche de schiste mince, avec des couches durcies en forme d’étagères qui s’écaillent le long des plis. Le hachis pressé mécaniquement est habituellement un gâteau propre, comme un pain de savon.

Lire : HASCHICH À LA MAIN: COMMENT FAIRE DU HAND RUBBED HASH ET DU FINGER HASH

À quoi ressemble le haschisch de bonne qualité

Le haschisch se décline en couleur et en souplesse. La variété utilisée, la méthode de fabrication, la température et la pureté du kief influencent sa couleur. Sa teinte va du jaune pâle au noir de charbon de bois et sa texture va du souple au dur et cassant.

Le haschisch s’oxyde et s’assombrit sous l’effet de la lumière, de l’oxygène et de la chaleur. Quelle que soit sa texture, le haschisch de haute qualité doit s’assouplir avec la simple chaleur de vos mains.

Lire : LES DIFFÉRENTES RÉSINES DE CANNABIS

Comment presser du Kief ou Water Hash ?

Avant d’essayer de comprimer le kief ou le hach fait à l’eau, le matériel doit être complètement sec. Pour s’assurer que toute l’humidité a été éliminée avant le pressage, sécher le une dernière fois : voici différentes méthodes de séchage.

  • Placer le kief ou le water hash dans un déshydrateur alimentaire réglé sur le plus bas
  • Dans un tapis chauffant horticole préréglé à 23˚C
  • Au micro-ondes à très basse température
  • Dans un plat ouvert dans un congélateur à l’abri du gel

Les conditions sous vide favorisent l’évaporation de l’eau, empêchant les moisissures d’infecter et de gâcher le haschisch. Cependant, lorsque la température de séchage est supérieure à 24˚C, certains terpènes s’évaporent, diminuant les odeurs uniques du kief et leurs effets.

Le pressage transforme la matière à la fois chimiquement et physiquement ; les glandes trichomes sont réchauffées et la plupart se brisent, libérant les huiles collantes qui contiennent les cannabinoïdes psychoactifs, ainsi que les terpènes source de l’odeur, du goût et de la suite des effets du cannabis.

Les terpènes parfument le haschisch. Les odeurs et les saveurs caractéristiques du haschisch vont de piquantes ou poivrées à florales. De nombreux terpènes sont volatils à la température ambiante. Lorsqu’ils sont inhalés, ils contribuent à l’expansion pulmonaire (facteur de la toux), ainsi qu’au goût. Le kief âgé est à la fois plus doux en odeur et en saveur, et moins irritant pour la toux, car certains terpènes (mais pas le THC) se sont dissipés.

La libération et le réchauffement des cannabinoïdes les expose à l’air. Ceci a l’effet bénéfique de potentialiser le THC par décarboxylation. L’exposition continue à la lumière, à l’air, à la chaleur et à l’humidité entraîne une détérioration du THC.

Vous pouvez presser le hachage manuellement ou mécaniquement. Les méthodes manuelles fonctionnent bien pour les petites quantités. Les méthodes mécaniques utilisent une presse, qui est rapide, pratique et efficace.

Voici 4 façons de faire du haschisch à la maison

Méthode de fabrication de haschisch avec des chaussures (propres)

Cette méthode de pressage vous permet d’effectuer plusieurs tâches à la fois. Pendant que vous êtes occupé à faire autre chose, le haschisch est pressé discrètement dans votre chaussure !

Le hachisch presser à la chaussure est un moyen facile de presser une petite quantité de kief ou de hachi à l’eau. Quelques grammes, habituellement 5 grammes ou moins, sont ensachés dans du papier cellophane ou du papier parchemin enroulé autour du matériel plusieurs fois. Un morceau de ruban adhésif l’empêche de se déployer. Perforez un trou d’épingle dans l’emballage pour permettre à l’air emprisonné de s’échapper. N’utilisez pas de sac en plastique parce que le haschisch s’y colle de façon désordonnée. Il est important que le matériel soit solidement scellé avant qu’il n’entre dans votre chaussure.

Placez le paquet à l’intérieur du talon de votre chaussure. Les chaussures à semelles dures ou les bottes sont meilleures pour le pressage que les chaussures à semelles souples, comme les chaussures de sport, qui prennent plus de temps à traiter le kief.

Le poids et la pression du talon à l’intérieur de la chaussure, aidés par la chaleur du corps, compriment le haschisch dans une dalle. Ce pressage dure de 15 minutes à une heure d’activité .

Pressage ou compression Kief à la main

Le pressage à la main est une méthode pour transformer le kief en haschisch de quelques grammes à la fois. Le pressage à la main est pratique car il ne nécessite pas d’équipement supplémentaire mais il nécessite une énergie considérable et les résultats sont meilleurs avec une technique pratiquée. Ceux qui n’ont pas l’habitude du pressage à la main peuvent avoir de la difficulté à lier les matériaux entre eux. Le travail considérable qu’il faut pour bien presser le hachich peut facilement se traduire par des mains douloureuses.

Cette méthode fonctionne mieux en utilisant du kief de qualité moyenne à supérieure fraîchement tamisé. Si le kief contient une quantité importante de matériel végétal, il est plus difficile de le mouler et il peut ne pas coller correctement. Pour presser à la main, faire un petit tas frais qui tiendra confortablement dans la main, habituellement quelques grammes au plus. Travaillez le d’une main contre l’autre jusqu’à ce qu’il commence à former une pièce solide. Ensuite, frottez-le entre les paumes des mains ou entre la paume et le pouce. Après 10 minutes ou plus il commencera à changer de densité. Le kief sec et vieilli n’a pas une partie de son adhésivité d’origine et peut prendre plus de temps à coller ensemble mais s’il a été entreposé correctement, il devrait coopérer, bien qu’il puisse nécessiter plus de pétrissage. Lorsqu’un morceau de haschisch n’a pas été pressé correctement, il s’émiette facilement à température ambiante.

Si le kief est particulièrement têtu et qu’il ne veut pas se coller pour former une masse, chauffez-le légèrement. Envelopper le dans du cellophane de qualité alimentaire, en s’assurant qu’il est complètement scellé et que tout l’air est expulsé. Enveloppez cet emballage dans plusieurs couches de papier journal, de tissu ou d’essuie-tout bien mouillés. Tourner fréquemment, réchauffer dans une poêle à frire à feu doux. Il n’a pas besoin d’être chauffé aussi longtemps que les autres méthodes parce que le seul point de chauffage est de faire coller le matériau pour qu’il puisse être malaxé en une pièce solide.

Une autre méthode consiste à l’envelopper de la même manière et à l’appuyer quelques secondes de chaque côté avec un fer à repasser réglé à très basse température.

Méthode de fabrication à la bouteilles d’eau chaude

Le concept de l’utilisation de la méthode de la bouillotte est similaire au pressage à la main. Cependant, plus de chaleur est appliquée pour faire fondre complètement la cuticule cireuse de chaque tête de trichome. Cette méthode fonctionne avec une résine de moyenne à haute qualité qui est sèche à l’os.

Placez un tas de résine sur la surface de cellophane organique ou de papier parchemin. Pliez le papier en deux. Porter l’eau à ébullition. Remplissez une bouteille de vin avec de l’eau chaude. Laisser refroidir la bouteille pendant 5 minutes. Placez la bouteille de vin chaud sur la résine recouverte de papier et laissez-la reposer pendant 30 secondes.

Regardez à travers la bouteille jusqu’à la tache foncée de la résine chauffante. Si la couleur change rapidement, vous avez le signe que la résine va presser très rapidement. Si la résine commence à peine à changer après 30 secondes, vous devrez travailler la résine beaucoup plus. En effectuant une série de passages, rouler la bouteille de vin sur la résine en exerçant une pression minimale. Laissez la chaleur faire fondre le matériau sans forcer, en utilisant la pression de votre main. Retournez le papier et faites de même de l’autre côté.

La résine ne devrait plus être un monticule, mais plutôt une galette plate et plus une galette : si ce n’est pas tout à fait ainsi. D’un simple mouvement du poignet, ouvrez le papier. La résine doit être collante et avoir un bel éclat. Plier la résine en deux, puis replier et recommencer à presser. Répétez ce processus encore une fois avant de prendre la résine chaude dans la paume de votre main.

Pour créer une “boule de temple” moderne, roulez la boule comme une masse d’argile. Roulez-le avec une pression ferme ; comprimez la résine ensemble et évacuez l’excédent d’air. La résine qui a des bosses, des rides et des ridules doit être travaillée plus en profondeur. Continuez à rouler la résine jusqu’à ce que vous soyez satisfait de la masse dans votre main.

Avec une résine de très haute qualité, le résultat sera une masse de résine complètement fondue et brillante, prête à être stockée.

Procédé de fabrication à la presse mécanique

Faire du hasch est un jeu d’enfant avec une presse mécanique. Les presses à relier peuvent aussi être utilisées. Des plans sont disponibles sur le web pour la construction d’une presse à l’aide d’un vérin hydraulique.

Les presses hydrauliques à pompe manuelle sont un moyen moins coûteux d’obtenir une presse serrée. Une autre méthode rentable utilise une pince-étau, bien qu’elle nécessite une certaine adaptation.

Pour de petites quantités, une presse à pollen peut être utilisée avec un moulin collecteur de pollen de poche, le kief s’ajoute à ce petit tube de métal. La goupille de serrage est mise en place et la presse à pollen est vissée. Le lendemain, le kief a été pressé dans un bloc de hachage propre. De nombreuses entreprises possèdent aujourd’hui des presses similaires, dont une en acier inoxydable avec poignée en T à faible couple.

Comment stocker le haschisch

Une fois le haschisch pressé, il peut être conservé pendant des mois, voire des années, avec peu de détérioration de sa puissance et de sa saveur, avec un stockage approprié. Un congélateur à l’abri du gel est le meilleur endroit pour conserver le hachisch.

Les contenants en métal, en verre ou en silicone sont préférables pour l’entreposage. Les plastiques et le caoutchouc ne sont pas recommandés parce que les terpènes responsables de la saveur et de l’arôme du haschisch sont des composés quelque peu volatils qui interagissent chimiquement avec le plastique ou le caoutchouc, dégradant à la fois le haschisch et le contenant. Cependant, cela se produit lentement dans des conditions de gel.

Avec le temps, la couche extérieure du haschisch s’oxyde et perd de sa puissance. L’intérieur, non exposé à la lumière et à l’oxygène, reste puissant. Rappelez-vous que la lumière douce, la chaleur, l’humidité et l’oxygène oxydent l’extérieur du haschisch, détruisant sa puissance.

Merci à Ed Rosenthal pour son travail et ses explications. Edward “Ed” Rosenthal est un horticulteur, auteur, éditeur et producteur de cannabis en Californie, connu pour son plaidoyer en faveur de la légalisation de la consommation de marijuana. Il a été chroniqueur pour le magazine High Times dans les années 1980 et 1990.

Tags : HaschichHash