close
Légalisation

En Italie le cannabis light diminue le crime et réduit la médication

tpi.it
Blog-Cannabis

Le cannabis light soustrait 170 millions par an aux organisations criminelles

Selon cette dernière étude, la libéralisation ”involontaire” du cannabis léger en Italie de décembre 2016 à aujourd’hui entraîne une réduction allant jusqu’à 14 % des perquisitions et une diminution significative du nombre de personnes arrêtées pour des infractions liées à la drogue.

Au moyen d’une lacune législative et afin d’évaluer ses effets, le cannabis light a été autorisé en Italie depuis 2016 et fait le bonheur des magasins de chanvre. Bien que cette régulation ait intéressé l’ensemble du territoire italien, à court terme, le niveau d’intensité a varié en fonction de la configuration du marché pré-libéralisation des boutiques de culture, c’est-à-dire les détaillants qui vendaient des produits industriels liés au cannabis.

D’après les calculs effectués, le manque à gagner pour les organisations criminelles s’élèverait à au moins 90-170 millions d’euros par an. Ces résultats appuient l’argument selon lequel l’offre de drogues illicites est déplacée par l’entrée de détaillants officiels et légaux.

Les revenus potentiels sont partis en fumée, parce que les consommateurs préféraient acheter du cannabis légale par des canaux de vente légitimes plutôt que d’aller sur le marché noir contrôlé par les mafias.

L’expansion généralisée des boutiques de chanvre sur le territoire a permis de réduire le nombre d’arrestations pour des délits liés à la vente de drogues, limitant ainsi l’ampleur des saisies effectuées par les services de détection et de répression. “Le marché de l’offre de drogues illicites a été affecté par le succès du cannabis light, qui a permis de réduire les saisies de marijuana, de haschisch et d’autres produits vendus illégalement”.

Le professeur Vincenzo Carrieri de l’Université de Magna Graecia et son collègue Francesco Principe chercheur à l’école Erasmus à Rotterdam, ont étudié les effets économiques et sociaux de la légalisation partielle déclenchée par la loi de décembre 2016, qui permet et encourage la culture de certaines variétés de chanvre. Bien que le cannabis sativa reste illégale et le cannabis léger soient très différents, l’étude montre qu’il existe un effet de substitution intéressant entre les deux produits.

Le cannabis léger a changé le marché de l’offre et la demande ?

En fait, sur le marché illégal on trouve des taux élevés de THC allant de 10,8% à des pics de 22% en comparaison avec le cannabis léger autorisé dont les taux varie entre 0,2 et 0,6%. “Fondamentalement, le premier produit des effets psychotropes psychoactifs et le second induit un état de relaxation “, souligne Leonardo Madio, auteur de l’étude, ajoutant qu’il y a beaucoup de consommateurs plus attirés par les effets relaxants du cannabis que par d’autres propriétés récréatives et ce avant la loi de 2016.

à lire aussi  En Illinois les parents peuvent administrer du cannabis médical à l'école

Les consommateurs préfèrent acheter un produit, certainement plus sûr et plus contrôlé, dans les magasins. Il en résulte une pénurie dans les coffres des trafiquants de drogue…

Au-delà de l’affrontement politique, l’étude montre que la régulation partielle a des effets positifs dans la lutte contre le marché noir de la drogue. La loi 242 de 2016 a en effet permis et encouragé la culture du chanvre avec des pourcentages de principes actifs compris entre 0,2% et 0,6%.

Tenant compte de la période comprise entre mai 2017 et février 2018, les auteurs de la recherche ont évalué les effets de la propagation du cannabis léger. Tout d’abord, il a réduit le nombre de saisies de biens illégaux : “Pour chaque magasin de culture sur le territoire avant l’introduction de la loi, la libéralisation a conduit à une diminution allant jusqu’à 14% des saisies mensuelles de cannabis” explique Leonardo Madio. Un processus qui a également affecté le nombre de plantes de cannabis cultivées illégalement, en baisse de 33% et le haschisch en baisse de 8%. Dans un même temps, la nouvelle législation a réduit le nombre de détenus pour des délits liés à la drogue : les arrestations ont chuté de 3% : en particulier le nombre d’étrangers -3 % et de mineurs -15%.

à lire aussi  Les comestibles seront bientôt taxés en fonction de leur teneur en THC

Enfin, la mesure a également touché le portefeuille des groupes criminels du pays pour une valeur comprise entre 90 et 170 millions d’euros. Bien sûr, il s’agit encore d’une somme modeste, étant donné que l’ensemble du marché illégal italien du cannabis représente environ 3,5 milliards d’euros.

“Le cannabis light a entraîné une baisse des ventes dans la rue représentant 3 à 5% du marché relatif”, indiquent les chercheurs.

Enfin, les auteurs soulignent la nécessité de combler les lacunes qui subsistent en réglementant le marché du cannabis médicales.

ansa

Réduction des ventes de médicaments

Dans une autre source publiée sur le portail de l’Université de York, les trois auteurs expliquent que l’accessibilité sur les marchés locaux du cannabis light a entraîné une réduction des ventes de médicaments, notamment les anxiolytiques, sédatifs, antidépresseurs, migraineux et antiépileptiques.”Ceux qui consomment ces drogues peuvent décider eux-mêmes de les remplacer par du cannabis léger sans ordonnance, car c’est un produit disponible et abordable.

Tags : ConsommationcriminalitéLoipolicePolitiqueTrafic