close
Medical

Les consommateurs de cannabis ont besoin de plus d’anesthésiant

Blog-Cannabis

Une nouvelle étude révèle que les usagers réguliers de cannabis on besoin de plus de produits anesthésiant lors d’une intervention

Les consommateurs réguliers participants à l’étude avaient besoin d’une dose d’anesthésie jusqu’à deux fois supérieure par rapport à d’autres patients.

Selon une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Osteopathy, les personnes qui consomment régulièrement du cannabis ont besoin de doses plus élevées d’anesthésiques lors de chirurgies et autres procédures médicales nécessitant une anesthésie .

L’étude a examiné les données de 250 patients ayant subi une endoscopie : un examen médical invasif impliquant l’insertion d’un tube contenant une fibre optique et une caméra dans l’œsophage ou coloscopie dans le rectum.

Les données proviennent de l’État du Colorado, où le cannabis est légal, et 25 patients sur 250 (10%) ont déclaré en consommer régulièrement. Cet écart reste important même si on considère l’âge, le sexe et la consommation d’alcool, les benzodiazépines et les opiacés.

Par rapport aux autres patients, les utilisateurs réguliers de cannabis ont besoin d’une dose d’anesthésique au propofol supérieure de 220%, d’une dose d’opioïde pentanyl supérieure de 14% et d’une dose supérieure de 20% de benzodiazépine mazazole pour obtenir une anesthésie optimale.

Par exemple, 13,83 mg de propofol (diisopropylphénol) ont été utilisés en moyenne pour anesthésier 225 patients n’ayant pas consommé de cannabis, contre 44,81 mg en moyenne pour anesthésier les 25 consommateurs réguliers de cannabis.

“À notre connaissance, il s’agit d’un effet du cannabis qui n’a jamais été signalé auparavant et le mécanisme par lequel la consommation de cannabis affecte l’endurance d’autres drogues (anesthésiant) n’est pas connu”, indique l’étude.

En général l’endurance est variable selon les produits par exemple, une personne peut avoir une très grande endurance au cannabis et une très faible tolérance à l’alcool.

à lire aussi
Les scientifiques utilisent le CBD comme cheval de Troie pour administrer des médicaments au cerveau

“Certains anesthésiques ont des effets secondaires et plus leur dose est élevée, plus le risque de problèmes est grand”, notent les chercheurs. Par conséquent, ils concluent que l’inclusion de questions sur l’utilisation de cannabis dans le questionnaire pré-médical du patient est une étape importante pour évaluer avec précision les besoins en anesthésie et les risques potentiels au cours d’une procédure endoscopique.

“Au vu des résultats, il ne fait aucun doute que les patients devraient informer leur médecin de l’utilisation du cannabis avant les procédures et les procédures médicales”, a déclaré le Dr Mark Twardowski, auteur principal. Le Dr Twordovsky souligne toutefois que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces premiers résultats sur un plus grand échantillon de patients atteints de cannabis et d’autres types de chirurgie.

Néanmoins, ces résultats suggèrent que les cliniciens devraient prendre en compte le cannabis lorsqu’ils calculent la posologie de certains médicaments.

Les consommateurs de cannabis avaient besoin de deux fois plus de sédatifs pour les procédures médicales

Les résultats de l’étude ont surpris même les experts du domaine. CNN a interviewé le Dr Roderick Eckenhoff, professeur de douleur et d’anesthésie à l’Université de Pennsylvanie, qui a déclaré que l’étude était intéressante mais que son échantillon était trop petit.

“Il s’agit d’une étude très préliminaire et quelqu’un doit poursuivre sur cette lancée et mener une étude plus complète sur le sujet”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’avait pas constaté de résultats similaires dans les études précédentes.

“Même si vous administrez du propofol à quelqu’un pendant longtemps, il s’agit évidemment d’une clé d’endurance qui nécessite une augmentation de la dose, sans dépasser 200%”, a-t-il ajouté. “C’est théoriquement possible, mais je serais surpris que cette constatation soit reproduite dans une étude plus vaste.”

Il a également suggéré une autre hypothèse: “Les patients ne signalent pas toujours aux médecins tout les médicament qu’ils prennent. Certaines personnes qui utilisent du cannabis utilisent également d’autres drogues à usage récréatif, et si elles ne les rapportent pas à un médecin, les résultats pourraient en être affectés. “

Tags : Consommationeffets secondairesÉtudeopioïdesTraitement