close
Medical

Les récepteurs CB2R régulent le cour de la cicatrisation cornéenne

Blog-Cannabis

Une nouvelle étude révèle que les récepteurs CB2R régulent le cour de la cicatrisation cornéenne

Selon une étude récemment publiée, les récepteurs cannabinoïdes permettraient de réguler les lésions cornéennes et amélioreraient les différentes phases de cicatrisation, notamment en cas de lésion de l’épithélium cornéen.

Troubles de la cicatrisation cornéenne

Par définition la cornée est une fine membrane transparente et fragile qui recouvre la pupille et l’iris. D’éventuelles blessures, qu’elles soient superficielles ou profondes, peuvent provoquer des infections et/ou une mauvaise cicatrisation, pouvant aller jusqu’à engager le pronostic visuel.

La cicatrisation cornéenne est un phénomène complexe qui met en jeu de multiples acteurs cellulaires et moléculaires. Au fil des années, outre la chirurgie réfractaire, la cicatrisation cornéenne est devenue le sujet phare des ophtalmologistes.

        Du côté de notre système endocannabinoïde

Les récepteurs cannabinoïdes CB2R ont démontré des effets bénéfiques dans la cicatrisation d’une plaie de l’œil : l’épithélium. En effet, l’étude a permis d’examiner le rôle des récepteurs CB2R dans la cicatrisation de la plaie de la cornée au travers d’une plaie observée chez la souris. La même observation a été faite sur une cornée bovine.

à lire aussi  Le vapotage chez les adolescents tend à la consommation de cannabis

Il en ressort que les récepteurs CB2 ne modifient pas la prolifération des cellules épithéliales. Les récepteurs CB2 agissent comme des médiateurs de la chimiorépulsion dans les cellules épithéliales de la cornée. Toutefois, on remarque qu’en cas de mutation génétique du récepteur CB2, celle-ci vient entraver la cicatrisation de la plaie.

Différence entre THC & CBD

En résumé

  • Les récepteurs cannabinoïdes fonctionnels CB2 sont régulés à la hausse en cas de lésion de l’épithélium cornéen.
  • La délétion du récepteur CB2 entrave la cicatrisation de la plaie.
  • Les récepteurs CB2 agissent comme médiateurs de la chimiorépulsion dans les cellules épithéliales de la cornée.
  • Les récepteurs CB2 ne modifient pas la prolifération des cellules épithéliales

Les résultats de l’étude suggèrent que les récepteurs CB2 des cannabinoïdes jouent un rôle prépondérant dans le processus de cicatrisation de la plaie par le biais de la chimiorépulsion.

5.0
01
Blog-Cannabis
Tags : ÉtudemaladieSystème endocannabinoïde