close
Blog-Cannabis

Le système endocannabinoïde et le Cannabidiol pour le traitement des troubles liés à la consommation d’alcool et d’autres drogues.

Cette nouvelle étude du magazine Frontiers vise à examiner le rôle du système endocannabinoïde dans les troubles liés à la consommation de drogues et l’action pharmacologique proposée à l’appui du potentiel thérapeutique des cannabinoïdes dans les toxicomanies, en particulier le CDB : notamment sur la nicotine, l’alcool, les psychostimulants, les opioïdes et le cannabis.

Bien que les premières recherches soient prometteuses, d’autres études sur l’efficacité du CDB seront nécessaires dans les essais pré cliniques et cliniques.

Le trouble lié à la consommation d’alcool et d’autres drogues se caractérise par l’usage répété d’une substance, ce qui entraîne une détresse cliniquement significative, ce qui en fait un grave problème de santé publique.

Le système endocannabinoïde joue un rôle important dans les processus neurobiologiques communs qui sous-tendent les troubles liés à la consommation d’alcool et d’autres drogues, en particulier en médian les effets gratifiants et motivants des substances et des indices liés aux substances.

Un certain nombre de cannabinoïdes synthétiques ont été suggérés comme traitement pharmacologique potentiel de la dépendance aux substances.

Des études animales et humaines suggèrent que ces cannabinoïdes ont le potentiel de réduire l’état de manque et la rechute chez les consommateurs en sevrage, en altérant la reconsolidation de la mémoire qui récompense la drogue et en inhibant l’effet facilitateur de la récompense de la drogue. Ces fonctions sont probablement dues au ciblage des systèmes endocannabinoïde et sérotoninergique, bien que le mécanisme exact n’ait pas encore été élucidé.

Symptôme mondiale

Les troubles liés à la consommation d’alcool et d’autres drogues sont un problème mondial, avec plus de 30 millions de personnes qui en sont atteintes. Jusqu’à présent, le traitement n’a connu qu’un succès minime, avec une forte probabilité de rechute. Il n’existe pas non plus de pharmacothérapie établie de façon fiable pour les dispositifs médicaux à usage unique, comme le cannabis et les troubles liés à la consommation de stimulants. Les pharmacothérapies actuelles: substitution des opiacés par la méthadone, naltrexone pour les troubles liés à la consommation d’alcool ou remplacement nicotinique, sont peu efficaces pour prévenir les rechutes. Les dispositifs médicaux à usage unique ont été conceptualisés comme un cycle inadapté et récurrent d’intoxication, d’état d’ébriété, de sevrage et d’état de manque qui entraîne une consommation excessive de substances en dépit de conséquences néfastes.

Des modèles récents mettent en cause les principaux circuits cérébraux impliqués dans l’importance de la récompense, la motivation et les associations mémoire / apprentissage dans le maintien de la dépendance.

https://docplayer.fr/48837457-Le-circuit-de-la-recompense-et-la-dopamine.html

Synthèse du système endocannabinoïde

Le SCE se compose de récepteurs cannabinoïdes (CB1R, CB2R), des ligands endogènes qui se lient à ces récepteurs cannabinoïdes [anandamide et 2-arachidonoylglycérol (2-AG)] et des enzymes pour leur biosynthèse et leur dégradation. Au cours des 10 dernières années, l’intérêt principal s’est porté sur les CB1R, en raison de leur rôle présumé dans toute une gamme de fonctions physiologiques, y compris l’effet psychoactif du THC. Les CB1R sont l’un des récepteurs couplés à la protéine G les plus courants dans le système nerveux central, résidant de préférence sur les neurones présynaptiques dans diverses régions, y compris le néocortex, le striatum et l’hippocampe. Leur large distribution leur permet de guider une foule de fonctions allant de la cognition, la mémoire, l’humeur, l’appétit, et les réponses sensorielles. Les endocannabinoïdes eux-mêmes fonctionnent comme des neuromédiateurs qui sont libérés par les neurones post-synaptiques et se lient aux CB1R présynaptiques pour modérer la libération de neurotransmetteurs, comme l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), le glutamate et la dopamine. Alors que la fonction CB1R spécifique dépend de la population cellulaire et de la région dans laquelle ils résident, leur rôle dans la signalisation rétrograde leur permet de réguler l’activité de signalisation des fonctions cognitives, émotionnelles et sensorielles, ce qui leur confère une capacité thérapeutique.

à lire aussi  L'étrange lien entre le cannabis et le café

Voici une vidéo explicative :

Le CBD facilite la désintoxication de substances médicamenteuses

L’acide γ-aminobutyrique (GABA) contrôle la libération de dopamine. Le THC préfère que le GABA soit libéré, de sorte que la dopamine s’épanouisse, ce qui donne un “high”, l’euphorie et l’activation du système de récompense et cause la dépendance. Il contrôle aussi l’activité de l’amygdale (stress, peur, centre d’anxiété), donc quand il y a peu de Gaba, l’amygdale devient trop active. Le THC prolongé dans le cerveau provoque donc de l’anxiété, des niveaux de stress élevés, ce qui donne envie de plus de THC pour engourdir ce sentiment.

Les données probantes démontrent la nécessité de la signalisation des cannabinoïdes sur les CB1R pour induire une plasticité synaptique de longue durée, comme la dépression à long terme de la libération glutamatergique dans le striatum dorsal et ventral. De tels changements fonctionnels, en particulier dans les structures striatales responsables des effets gratifiants et motivants de la consommation abusive d’alcool et d’autres drogues, sont non seulement nécessaires pour donner de l’importance à la récompense, mais aussi pour établir une habitude compulsive de consommation. Le système endocannabinoïde représente donc un contributeur nécessaire à l’adaptation cellulaire dans la transition de la consommation récréative d’alcool et d’autres drogues à un trouble de consommation.


Structures striatales en rouge

Les phytocannabinoïdes, comme le THC et le CBD, modulent le niveau d’activité cérébrale dans les régions limbiques pendant les tâches de traitement des émotions. Les endocannabinoïdes peuvent en outre induire des changements à long terme de la force synaptique dans l’hippocampe, ce qui favorise la formation de mémoire associative.

Il a été démontré que le dronabinol, un stéréoisomère du THC, et la nabilone, un analogue synthétique du THC, initialement destiné à la nausée et à la perte de poids, sont tous deux efficaces dans le sevrage du cannabis. Cependant, le dronabinol et le nabilone ne peuvent pas prévenir la consommation de cannabis ou les rechutes.

Alcool

Dans les études animales, le CBD s’est révélé efficace pour réduire l’auto-administration d’éthanol et, à une concentration suffisamment élevée (120 mg/kg mais pas 60 mg/kg), a atténué la rechute de l’éthanol. D’autres études chez les animaux montrent que le CBD (à 15 mg/kg) réduit efficacement le rétablissement de l’administration d’éthanol et le stress, jusqu’à 138 jours après le traitement. Cependant, une étude a révélé que le CDB à lui seule n’est pas efficace pour atténuer la sensibilisation à l’éthanol, ce qui est considéré comme la première étape de la plasticité associée aux médicaments. Comparativement, le THC pur et un ratio de 1:1 de THC:CBD se sont avérés plus efficaces pour réduire la sensibilisation à l’éthanol.

à lire aussi  La combinaison cannabinoïdes et chimiothérapie contre la leucémie

Tabac

Dans une étude contrôlée par placebo menée auprès de 24 fumeurs, ceux qui ont reçu un inhalateur CBD ont réduit de façon significative le nombre de cigarettes fumées par rapport au groupe placebo, malgré l’absence de différence signalée dans l’état de manque entre les groupes.

Opioïdes

Les premières études sur l’efficacité des cannabinoïdes pour soulager les symptômes de sevrage de la morphine et les symptômes d’abstinence ont été réalisées il y a 40 ans, des modèles de rongeurs suggérant que le CDB seule est peu efficace pour soulager les signes d’abstinence chez le rat, mais le CDB combinée au THC (rapport 5:1) l’était significativement. Le THC lui-même s’est révélé plus efficace que le CBD pour inhiber le syndrome d’abstinence de morphine chez la souris. Néanmoins, des études plus récentes démontrent que le traitement par le CBD a bloqué l’effet facilitateur de la morphine. On a également constaté que le CBD avait une certaine efficacité dans les études sur l’héroïne chez le rat.

Stimulants

Les preuves de l’efficacité du CDB pour l’utilisation de stimulants sont mitigées. Ni le CDB seul, ni un rapport de 1:1 de THC:CBD n’ont inversé l’effet de sensibilisation à la cocaïne bien que le Rimonabant l’ait fait. Les preuves de l’usage de CBD pour la dépendance aux stimulants chez les animaux sont faibles, une étude d’observation longitudinale de 122 participants a révélé que les consommateurs de cocaïne qui déclarent avoir consommé du cannabis pour contrôler leur consommation de cocaïne ont réduit leur consommation de cocaïne sur une période de 3 ans. Néanmoins, le cannabis de rue contient généralement de faibles quantités de CBD et les résultats ne peuvent être extrapolés à l’efficacité thérapeutique.

Résumé et orientations futures

Le CDB semble prometteur pour ce qui est d’atténuer les effets négatifs du sevrage et de réduire la motivation à s’auto-administrer ou à rétablir l’utilisation des médicaments chez les animaux. Toutefois, les preuves de son efficacité sont limitées et mitigées.

La capacité du CBD à soulager le stress, l’anxiété et les symptômes dépressifs peut être un médiateur de son effet thérapeutique. En effet, on a constaté que le CDB a un potentiel thérapeutique pour soulager les troubles affectifs et cognitifs qui peuvent être induits par la consommation chronique de substances, ce qui prouve son utilité potentielle pour atténuer l’évolution délétère de la déficience, particulièrement chez les adolescents qui commencent à consommer.

En résumé, certaines recherches préliminaires appuient le CBD en tant que pharmacothérapie. Toutefois, davantage d’études sont nécessaires sur les humains et souligne que le traitement au CBD ne remplace pas le traitement psychologique de la toxicomanie et que les meilleurs résultats seront obtenus en combinant le CBD et une thérapie comportementale ou psychosociale adaptée à la toxicomanie.

Tableau : L’efficacité du CDB pour le traitement des troubles liés à la consommation de substances.

Tags : CannabinoïdesDrogueNeurosciencepsychiatriesynthétiqueSystème endocannabinoïde