close
Légalisation

L’ONU retarde le vote sur le cannabis

Blog-Cannabis

C’était prévu, l’ONU refuse d’honorer ses engagements

Comme on pouvait s’y attendre, la Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) ne votera pas les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé concernant le cannabis lors de sa prochaine réunion, le 7 mars à Vienne.

Cette annonce n’est pas surprenante voir habituelle compte tenu des recommandations du 24 janvier, qui étaient attendues en décembre et ont également été retardées. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé que le cannabis soit retiré du quatrième annexe (celui réservé aux substances considérées comme les plus dangereuses comme l’héroïne et la cocaïne) de la Convention de 1961 sur les drogues et que le principe actif du THC soit retiré de la Convention de 1971, et classé dans le premier tableau de l’annexe de 1961, simplifiant ainsi la classification du cannabis.

Selon les résultats de la réunion ”inter-session” de la CND le 24 février, publié sur son blog, le Comité d’experts sur la pharmacodépendance (ECDD) “a évalué quatre fentanyls et cinq cannabinoïdes synthétiques. En ce qui concerne l’examen du cannabis, l’ECDD a formulé plusieurs recommandations, dont le dronabinol et les teintures, entre autres”.

La CND a eu l’occasion de voter sur le rééchelonnement du dronabinol depuis la proposition initiale de l’OMS en 2012. Dronabinol est une dénomination commune pour le médicament vendu sous les noms commerciaux Marinol et Syndros. Les capsules contiennent l’un des composés psychoactifs présents dans le cannabis et sont considérées comme “abusives” en vertu de l’annexe III du Controlled Substances Act des États-Unis. Le dronabinol est prescrit comme stimulant de l’appétit, soulageant l’apnée du sommeil et c’est un antiémétique. Il est approuvé par la FDA, comme sûr et efficace, pour l’anorexie induite par le VIH/SIDA et les nausées et vomissements provoqués par la chimiothérapie.

Organisme mondial archaïque

Selon le média Marijuana Business Daily , la proposition, faite par le Comité d’experts sur la pharmacodépendance de l’Organisation mondiale de la santé, pourrait avoir un impact significatif sur l’industrie mondiale du cannabis médical et du chanvre si elle est adoptée.

Cette opinion n’est pas nécessairement exacte, étant donné que des États membres de l’ONU comme le Canada et l’Uruguay ont déjà pleinement légalisé, quelle que soit la position de l’OMS à ce sujet. Certains pays courageux progressent plus vite que l’organisme mondial archaïque ne peut parvenir à une conclusion ou que la CND ne parviendra à un consensus.

à lire aussi
L'ancienne république soviétique de Géorgie légalise le cannabis

Les recommandations concernant le rééchelonnement du cannabis ont été envoyées aux États membres fin janvier au lieu d’être annoncées à la 61e session de la CND à Vienne, ce qui leur aurait donné trois mois au moins pour examiner les propositions avant le vote à la session de mars.

La proposition de reclassification du cannabis était attendue par tous ceux qui se battent depuis des années pour une réglementation de la production, de la consommation et du commerce de la plante et de ses dérivés. le fait que l’annonce ait été retardée de quelques mois ne permettra probablement pas un débat à la prochaine session de la commission des drogues de l’ONU, qui aura lieu dans la seconde moitié du mois de mars, mais marque une claire volonté de réformer l’OMS et met les États devant la responsabilité de répondre à des règles nécessaires.

Vote collectif reporté

Plusieurs des 53 États membres de la CND ont demandé un délai supplémentaire pour l’examen des recommandations : Le Japon, qui punit les consommateurs de cannabis avec les mêmes peines sévères que les consommateurs d’héroïne, les États-Unis, où la marijuana à des fins médicales est légale dans 34 États, et l’usage récréatif est légal dans 11, l’Allemagne, où l’herbe à des fins médicales est déjà disponible dans les pharmacies allemandes, même si elles sont souvent en pénurie. Les représentants de la Norvège et de l’Uruguay ont souligné qu’il importait de ne pas retarder le vote sans convenir d’une date future spécifique.

Pour la Russie : Nous pensons qu’il faudra poursuivre le dialogue sur cette question. Nous nous félicitons de la participation des membres de l’OMS et de l’ECDD aux sessions de la CND. Il faudra plus de temps pour préparer cette discussion. A ce stade, nous nous posons la question suivante : de nombreux pays utilisent le cannabis et ses composants médicaux et ceux-ci sont produits à l’échelle industrielle, quelles sont les limites actuelles compte tenu de l’annexe actuelle ?

à lire aussi
Les fermes cannabique de Californie

Jusqu’à présent, on ne sait pas comment l’Italie, qui a déjà reclassé le cannabis en 2014, réagira, ni quelles sont les priorités du gouvernement en matière de politiques et de lutte contre la drogue.

Du coté des autres nations

D’une manière générale, nous voyons que les nations sont prêtes et motivées à faire des progrès, a déclaré le Nigéria.

Ironiquement, le Venezuela attend avec impatience le débat ministériel et de prendre des mesures décisives pour améliorer le système international de contrôle des drogues en harmonie avec les droits de l’homme. Nous réitérons les fondements du résultat de notre compréhension: responsabilité commune et partagée, respect de la santé, de l’éducation et des droits de l’homme, approche interdisciplinaire, recherche d’éléments communs et flexibilité, souveraineté des Etats membres et non-ingérence.

Selon la Turquie : nous sommes parmi les pays qui ont déposé une résolution. En ce qui concerne les précurseurs, selon l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), il y a un problème croissant, nous pensons que nous devrions maintenir cette question à l’ordre du jour de la CND et trouver de nouvelles méthodes efficaces et nous allons tenir des consultations informelles avec les résolutions intéressées.”

En réalité, la commission des stupéfiants des Nations Unies n’a pas besoin de voter. Les États membres participants peuvent, en fait, tergiverser indéfiniment sur le cannabis, comme ils l’ont fait avec la recommandation de l’OMS de reclassifier le dronabinol.
Bien que cela n’aurait probablement pas fait une grande différence, étant donné que le vote sur le dronabinol semble avoir été reporté indéfiniment…

Peut-être les Etats membres devraient-ils continuer à progresser individuellement, en suivant l’exemple de l’Uruguay et du Canada, plutôt que de rester les bras croisés à pontifier sans cesse passivement et à placer leurs espoirs dans un vote collectif constamment reporté.

Recommandation d’abolir les infractions liées aux stupéfiants

Une nouvelle prise de position de l’ONU appelle les États membres à cesser d’incriminer les consommateurs de drogues, à adopter des politiques fondées sur la science et à se concentrer sur le traitement et la réduction des dommages mettant l’accent sur la santé publique et les utilisateurs.

Tags : DrogueEuropeLoiOMSONUstupéfiant