close
Santé

Le traitement efficace contre les super-bactéries résistantes aux antibiotiques

Blog-Cannabis

Le cannabis, en tant qu’organisme très évolué pourrait remplacer les antibiotiques devenus inefficaces contre les super-bactéries résistantes.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont devenues un problème incontrôlable dans notre monde; comme le savent trop bien les médecins et les responsables de la santé. Depuis l’invention de la pénicilline et de la méthicilline, on utilise ces produits chimiques synthétiques sur les patients pour les “guérir”… Toutefois avec le temps, ces antibiotiques sont de moins en moins efficaces, et les bactéries de plus en plus résistantes. Mais, la plante de cannabis, de part sa génétique évoluée possède des propriétés antibactériennes et antimicrobiennes qui pourraient remplacer les antibiotiques défaillants.

La plante de cannabis, solution à la surconsommation d’antibiotiques

Chaque action a une réaction égale et opposée, comme l’effet de la surconsommation d’antibiotiques sous la forme de bactéries résistantes aux antibiotiques. Certaines, comme le SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline), la tuberculose multirésistante (tuberculose à Mycobacterium résistante aux médicaments) et la CRE (entérobactériacés résistants au carbapénème) sont des superbactéries particulièrement virulentes contre lesquelles la médecine occidentale ne peut se défendre.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques

La raison de cette situation, est qu’en éliminant toute présence bactérienne du corps humain dans une certaine région, vous éliminez les bactéries bénéfiques qui maintiennent les nuisibles en échec… Notre corps dépend littéralement de cet équilibre bactérien comme fondement de l’immunité et de la santé.

Des rapports récents ont mis en lumière l’ampleur du problème. Cette citation est tirée d’un rapport intitulé State of the World’s Antibiotics, proposé par le CCDEP (Center for Disease Dynamics, Economics & Policy), qui est un organisme de recherche de santé aux États-Unis et en’Inde :

“Aujourd’hui, les infections autrefois traitables deviennent difficiles à guérir, ce qui augmente les coûts pour les établissements de soins de santé, et la mortalité des patients augmente, avec des coûts pour les individus et la société. La diminution de l’efficacité des antibiotiques est passée d’un problème mineur à une menace générale, indépendamment du revenu d’un pays ou de la sophistication de son système de santé.”

Les super-bactéries, un grave problème dans le monde

La CDC (Centers for Disease Control and Prevention) aux États-Unis estime que la résistance aux antibiotiques est responsable de plus de 2 millions d’infections, et de 23 000 décès chaque année dans le territoire, pour un coût direct de 20 milliards de dollars et des pertes supplémentaires de productivité de 35 milliards de dollars.


Ces superbactéries résistantes aux antibiotiques qui pourraient finir par faire plus de morts que le cancer…

En Europe, on estime à 25 000 le nombre de décès imputables à des infections résistantes aux antibiotiques, qui coûtent 1,5 milliard d’euros par an en coûts directs et indirects.

à lire aussi  Une université propose une campagne publicitaire sur le cannabis

Bien qu’il n’existe pas d’estimations fiables des pertes économiques dans les pays en développement; on estime que 58 000 décès dus à la septicémie néonatale qui sont attribuables aux infections pharmacorésistantes en Inde seulement.

L’OMS (Organisation mondiale de la santé), reconnaît l’ampleur du problème :

“La résistance aux antibiotiques atteint des niveaux dangereusement élevés partout dans le monde. De nouveaux mécanismes de résistance apparaissent et se propagent chaque jour dans le monde entier, menaçant notre capacité à traiter les maladies infectieuses courantes. Une liste croissante d’infections – comme la pneumonie, la tuberculose, l’empoisonnement du sang et la gonorrhée – sont de plus en plus difficiles, voire impossibles, à traiter car les antibiotiques deviennent moins efficaces.”

Le Dr Keiji Fukuda, directeur général adjoint du département de la sécurité sanitaire de l’OMS, aurait déclaré :

“Sans une action urgente et coordonnée de la part de nombreuses parties prenantes, le monde se dirige vers une ère post-antibiotique… Les infections courantes et les blessures mineures, qui peuvent être traitées depuis des décennies, peuvent à nouveau tuer.”

Les propriétés étonnantes du cannabis

Les bactéries sont assez intelligentes pour déjouer les antibiotiques par divers moyens. Bien que la nature (et l’homme) ait créé un problème, la nature a également créé une solution. Il s’avère qu’il pourrait y avoir une réponse au problème de la surconsommation d’antibiotiques et des bactéries résistantes aux antibiotiques : le cannabis…

Schéma : Comment les bactéries résistantes se propagent

Bien qu’il ait été diabolisé dans les années 1930-1950 en raison de sa menace pour certaines industries, dont celle des produits pharmaceutiques, la vérité scientifiquement prouvée a émergé. Le cannabis possède des propriétés médicales étonnantes que nous commençons à peine à comprendre.

On a souligné, que la plante de cannabis et ses cannabinoïdes, dont le Cannabidiol (CBD) possèdent une centaine de bienfaits, comme le fait d’être anti-cancérigène, neuro-protecteur, antipsychotique et anti-inflammatoire.

Une plante antibactérienne et antimicrobienne

Eh bien, maintenant vous pouvez ajouter une autre grande propriété médicale à la liste : antibactérienne ou antimicrobienne. Et pas seulement contre n’importe quelle bactérie ordinaire.

à lire aussi  Le génome du cannabis

Une étude de 2008 intitulée Antibacterial Cannabinoids from Cannabis sativa révèle les cannabinoïdes ont une puissante capacité antibactérienne, y compris contre le SARM :

“Chez les bactéries, les gènes peuvent être hérités de parents ou peuvent être acquis à partir d’éléments génétiques non apparentés sur des éléments génétiques mobiles tels que les plasmides. Ce transfert horizontal de gènes (HGT) peut permettre le transfert de la résistance aux antibiotiques entre différentes espèces de bactéries. La résistance peut aussi survenir spontanément par mutation. Les antibiotiques éliminent les concurrents sensibles aux médicaments, laissant les bactéries résistantes se reproduire grâce à la sélection naturelle.”

Les cinq principaux cannabinoïdes (cannabidiol, cannabichrome, cannabigérol, le tétrahydrocannabinol et le cannabinol) ont montré une activité puissante contre diverses souches de Staphylococcus aureus
(ou staphylocoque doré) résistant à la méthicilline (SARM).

La plante de cannabis est un organisme très évolué

Tout indique que les composés ont été développés par les plantes comme des défenses antimicrobiennes. Ces composés (cannabinoïdes) ciblent spécifiquement les cellules bactériennes… Ce qui suggère que nous devons trouver la réponse à nos problèmes dans la nature; et pas en laboratoire… Cela renforce l’idée que les plantes sont des organismes incroyables, dont dépend la survie littérale de l’espèce humaine.

De toute évidence, la plante de cannabis est un organisme très évolué; surtout si elle a développé des phytochimiques qui peuvent déjouer et vaincre les bactéries résistantes aux antibiotiques; et les plus virulentes des superbactéries.

“Compte tenu de la disponibilité de souches de C. sativa produisant de fortes concentrations de cannabinoïdes non psychotrope (CBD); cette plante représente une source intéressante d’agents antibactériens pour traiter le problème de la multirésistance dans le SARM et autres bactéries pathogènes. Cette question a d’énormes implications cliniques. Car le SARM se répand dans le monde entier et, aux Etats-Unis; il est actuellement responsable de plus de décès chaque année que le SIDA.” Concluent les auteurs de l’étude de 2008

La plante de cannabis détient peut-être la clé pour réparer les dommages dévastateurs causés au monde par la surconsommation d’antibiotiques.

Tags : CannabinoïdesMédecineRechercheTraitement