close
légalisation

Un simulateur de conduite teste les usagers de cannabis

Le centre de recherche sur le cannabis médical (CMCR) de l’Université de Californie, étudie la conduite sous influence cannabique sur un simulateur

Pour mieux comprendre comment la consommation de cannabis affecte la sécurité routière, le Centre de recherche sur le cannabis médicinal (CMCR) de l’Université de Californie du Sud collabore avec California Highway Patrol pour déterminer la vitesse à laquelle on peut conduire quand on est stone… Sous influence cannabique et sur un simulateur de conduite, les participants subiront des tests de performance en toute sécurité.

Test de conduite simulée, et les niveaux de cannabinoïdes

Si une personne consomme du cannabis le matin, combien de temps dure son high ? À quel moment une personne n’est-elle plus sous influence ? En outre, les chercheurs examinent ces questions parce que la sécurité routière continue d’être une priorité dans les États où le cannabis récréatif est légal.

«Ils veulent vraiment déterminer ce qu’est un conducteur aux facultés affaiblies et pas seulement quelqu’un qui a du THC dans le sang.» Déclare Tom Marcotte, co-directeur du CMCR de l’UC San Diego. «Des études comme la nôtre peuvent donner aux gens une meilleure idée de combien de temps ils devraient attendre avant de conduire. Si tu as fumé ce matin, as-tu les facultés affaiblies tout au long de la journée ? Êtes-vous en état d’ébriété pendant quelques heures ? Ou, n’êtes-vous pas handicapé ? Nous essayons de répondre à cela.»

L’étude, qui implique 180 volontaires. A terme, elle analysera également comment les conducteurs sous influence cannabique réagissent aux défis courants de la route. Comme faire un virage contre la circulation… Ou décider de freiner ou de rouler à travers une lumière jaune…

Marcotte dit que les pilotes sous influence luttent souvent avec certaines tâches de conduite communes. L’embardée et le freinage semblent être particulièrement affectés. En outre, l’étude déterminera si une personne qui consomme du cannabis est plus facile à gérer que le consommateur d’alcool. En effet, les consommateurs de cannabis peuvent avoir du THC dans leur système et ne pas être altérés par celui-ci.

Comment ça marche?

Après la visite initiale, les participants font quelques essais sur un simulateur. En outre, les participants reçoivent des joints, roulés sur place… Du cannabis avec différentes concentrations de THC – ou pas du tout…

Les sujets complètent ensuite une série de tests. Ceux ci  comprennent des simulations de conduite, des évaluations de performances numériques, des tests de sobriété sur le terrain etc… A la suite des tests d’évaluation des performances, les participants effectueront des tâches sur iPad relatives au contrôle moteur, à l’attention et à la mémoire.

Les chercheurs de CMCR paient aux participants 50 $ pour le rendez-vous initial et 180 $ lorsqu’ils reviennent pour leur évaluation après une  journée complète de tests. Les chercheurs sont toujours à la recherche d’environ 80 participants, qui doivent avoir une forte expérience avec le cannabis…

À lire :

Nouvelle étude décisive sur la marijuana au volant

10% de décès en moins sur les routes du Nevada depuis la légalisation

Conduite sous influence chez les adolescents américains

Un simulateur de conduite teste les usagers de cannabis
5 (100%) 1 vote
Tags : conduiteÉtudeTHC
fr French?
X