A la rencontre du Dr Michele Ross, l’une des meilleures spécialiste en neuroscience s’étant spécialisée sur cannabis.

Dr. Michele Ross n’a pas le profil habituel du défenseur de cannabis.

En tant que neuroscientifique qui a passé des années à étudier les effets de la toxicomanie dans un cadre universitaire, elle ne s’attendait pas à devenir l’une des spécialiste en neuroscience, les plus ardentes soutien du cannabis aux États-Unis.

Dr Michele Ross, Neuroscientifique

Une passion pour le cerveau et la neuroscience dès le plus jeune âge

Le Dr Ross s’intéresse à la santé du cerveau depuis son enfance.

«Je m’intéressais aux cerveaux depuis l’âge de cinq ans.»

Sa carrière académique et scientifique a débuté sans aucun intérêt particulier pour le cannabis ou toute autre produit stupéfiant, à part celles qu’elle étudiait en laboratoire de toxicomanie.

«En tant qu’enseignante, j’ai publié mon premier article sur les cannabinoïdes et la neurogenèse, qui est l’étude de la croissance des cellules cérébrales», dit-elle.

Travailler sur cet article l’a alertée sur les bienfaits du cannabis. Cependant  elle n’avait toujours pas pris le cannabis en considération et n’en avait pas consommé.

Découvrir le cannabis comme médicament

Tout a changé quand elle a commencé à éprouver des propres problèmes de santé.

“J’ai eu beaucoup de problèmes de santé que la médecine moderne ne pouvait pas traiter”, explique le Dr Michele Ross.

“Par exemple, j’avais deux nerfs dans mon bras, le nerf radial et le nerf ulnaire, qui sont devenus comme morts. Je me suis réveillé un jour et je ne pouvais pas bouger ma main et c’était très douloureux. “

Après avoir exploré différentes options médicale et faire face à une chirurgie potentiellement risquée, elle a commencé à chercher des alternatives.

Une efficacité du traitement au cannabis

“La seule chose qui a fonctionné était l’ingestion de cannabis, d’utiliser de la crème de cannabis et de se faire masser pendant environ quatre heures. Il a fini par libérer l’inflammation qui empêchait le fonctionnement de ma main.”

Sa défense du cannabis s’est approfondie lorsqu’elle a rencontré son mari. Il est cultivateur de cannabis et propriétaire d’un dispensaire en Californie, et membre passionné de la communauté du cannabis.

«C’était vraiment combiner ma science avec ma passion personnelle, et réaliser que la médecine moderne ne fonctionne pas pour tout le monde», dit-elle. “Peu importe le diagnostic, peu importe votre étiquette.”

“Ce qui compte, c’est que vous ayez un traitement qui fonctionne et qui vous ramène la santé. C’est ce qu’est le cannabis et c’est pourquoi je suis si passionné d’en être un défenseur. “

Conspiration pour écrire sur le cannabis

Dr Ross est peut-être une neuroscientifique et une célébrité, à la fois dans et hors du monde du cannabis, mais, malheureusement, cela ne signifie pas qu’elle est immunisée contre les problèmes légaux, qui sont si courants dans l’industrie du cannabis.

En 2013, sa maison à Los Angeles a été perquisitionnée, et elle a fini par faire face à une accusation de complot.

“J’ai plaidé mon cas au bout d’un an, mais j’ai été harcelé par le système judiciaire. On m’accusait de conspiration pour écrire des livres sur le cannabis, et en fait, c’est ce que je faisais! ” dit-elle en riant.

Elle parle de l’incident d’un ton assez léger. Mais le raid a clairement ébranlé son mari, qui craignait pour elle en tant que défenseur du cannabis.

Une expérience traumatisante face aux autorités

“Nous avons été traumatisés pendant longtemps après le raid”, dit-elle, admettant que l’incident l’a laissée avec un stress post-traumatique.

Cependant, elle insiste sur le fait que cela n’a fait que renforcer sa détermination et son engagement dans la défense de la plante.

“Cela m’a motivé encore plus. Pour moi, traverser tout ce processus, réaliser à quel point c’était difficile en tant que patient, à quel point ce processus était frustrant et effrayant. Je dois m’assurer que cela n’arrive plus jamais à quelqu’un d’autre », dit-elle.

En effet, l’accusation de complot n’a rien fait pour décourager son travail. En fait, elle sort son deuxième livre en mars, intitulé Vitamin Weed, sur les déficiences endocannabinoïdes et comment les éviter.

Un fossé entre le cannabis et le monde universitaire

Lorsqu’on lui demande si elle est victime de discrimination pour son choix scientifique inhabituel, Ross admet que de nombreux scientifiques ne la prennent pas au sérieux. Ainsi, ils cessent la conversation avant même qu’elle ne commence.

“Les universitaires ne vous considéreront pas comme une personne sérieuse à but non lucratif, ou pas comme un scientifique sérieux”, révèle-t-elle.

“Quand les gens entendent que c’est un cannabis sans but lucratif, ils supposent simplement que vous vendez du cannabis, et parfois la conversation s’arrête là.”

Même son ancien directeur de thèse, qui avait confié à Ross le premier article académique qui a suscité son intérêt pour les cannabinoïdes en tant que médicament, a également supposé qu’elle n’était qu’un trafiquant de drogue mis sur un pied d’estale.

“Ce qui est intéressant, c’est que ce laboratoire a étudié la psychiatrie moléculaire, cherchant tous ces différents traitements pour la toxicomanie et d’autres problèmes de santé mentale”, dit-elle.

“Eh bien, nous savons que le CBD peut être utilisé comme traitement pour différents types de dépendance. Mais je ne peux même pas avoir une conversation avec ces autres scientifiques où la cannabis médicale n’est pas légale.

Lever un tabou universitaire sur la recherche autour du cannabis

“J’espère que de plus en plus d’États légaliseront, car ces conversations ne sont pas taboues. Les gens commencent à écouter, mais le gros problème avec la science est que votre laboratoire n’existera que tant que vous avez de l’argent. Et la personne qui fait les chèques est le gouvernement.”

“Tant que le gouvernement continuera à dire qu’il s’agit d’une horrible drogue, nos recherches aux États-Unis ne recevront pas beaucoup de soutien positif de la part des scientifiques.”

Elle exhorte les autres scientifiques à reconsidérer leur position sur le cannabis en tant que drogue dangereuse. Elle fait en tant que neuroscientifique, patiente soignée au cannabis et militante.

“Je souhaite que plus de scientifiques soient des patients et consomment du cannabis. Cela pourrait potentiellement ouvrir leur esprit à ce sujet.”

La boucle est bouclée

En repensant à sa carrière dans le cannabis, Dr. Michele Ross réfléchit à la façon dont son aventure a commencé.

“J’écrivais ces articles  qui diabolisaient l’usage de drogues, et certains termes concernant tout type d’usage de drogues me sembles irreflechis.”

En étudiant le système endocannabinoïde, elle a commencé à voir les avantages du cannabis. Il peut être un traitement alternatif à la médecine moderne.

“Je veux m’assurer que cette substance est disponible pour chaque personne. Peu importe la ville ou l’État où elle se trouve, peu importe le pays où elle se trouve”, souligne-t-elle.

“Et je veux m’assurer qu’ils ont accès à des médicaments sûrs et efficaces.”

source: learngreenflower.com

Lorsque la neuroscience s’intéresse au cannabis
5 (100%) 2 votes
Tags : cannabis médicallegalisationNeurosciencerecherche scientifiquesystème endocannabinoïde

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis