close
CBD

Test de dépistage et Jeux Olympiques

Que l’on considère ou pas le cannabis comme une substance améliorant la performance, les athlètes olympiques en sont toujours privés.

Un test de dépistage peur mener à une suspension ou même la perte d’une médaille. Il suffit de demander au Canadien Ross Rebagliati. Il a été dépouillé en 1998 de sa médaille d’or en snowboard durant les jeux olympiques de Nagano après un test urinaire positif au THC. Quelle est la situation pour ces olympiades?

Rebagliati a finalement récupéré sa médaille après avoir souligné que le cannabis à l’époque n’était pas classé comme une substance interdite. Mais chaque année depuis, les cannabinoïdes figurent sur la «Liste des interdictions» officielle publiée chaque année par l’Agence mondiale antidopage (AMA). Et celle liste concerne les jeux olympiques actuels.

Cela ne veut pas dire que l’AMA est particulièrement stricte en ce qui concerne le cannabis. En fait, les limites de l’agence sont probablement plus clémentes que celles d’un employeur ou de la police.

Le niveau de THC

En 2016, les normes olympiques de cannabinoïdes étaient déjà tout à fait raisonnable. L’urine des athlètes doit contenir moins de 150 nanogrammes par millilitre de carboxy-THC, un métabolite du cannabis.

En comparaison, les tests de dépistage en milieu de travail couramment utilisés par les employeurs privés aux États-Unis fixent des seuils entre environ 15 ng / mL et 100 ng / mL. (Rebagliati, le snowboarder, avait été testé avec 17,8 ng / mL.)

Ross Rebagliati, champion olympique et fumeur de cannabis

La limite de THC de l’AMA était de 15 ng / ml, mais l’agence l’a discrètement relevée en 2013. Le directeur de la commission médicale du Comité International Olympique a déclaré à l’époque que le changement était “une tentative raisonnable de traiter une question compliquée”, ajoutant “Il y a un grand débat à ce sujet.”

Comment la limite se traduit-elle en termes de consommation réelle de cannabis? C’est difficile à dire avec certitude.

Combien de temps le cannabis reste dans le système d’une personne dépend des habitudes de consommation, de la génétique, ainsi que des facteurs de style de vie tels que l’alimentation et l’exercice. Les athlètes, qui sont généralement plus maigres et plus actifs que la moyenne, seraient probablement en mesure de passer un test plus tôt que la plupart d’entre nous.

Un seuil difficile à atteindre

Une étude de 2005 par Paul Cary, directeur du Toxicology and Drug Monitoring Laboratory à l’Université du Missouri, a conclu que, selon le seuil standard de 50 ng / mL, il est peu probable qu’un utilisateur chronique produise un résultat positif au test de dépistage des drogues urinaires plus de 10 jours après la dernière consommation. Ce seuil a été réduit à 20 ng / mL, et cette fenêtre s’étend sur environ trois semaines.

En d’autres termes, pour échouer le test à la limite actuelle de 150 ng / ml de l’AMA, un athlète devrait être “un consommateur de cannabis régulier”, ont déclaré les officiels.

Bien que les seuils de dépistage des drogues olympiques soient relativement raisonnables pour le cannabis, les pratiques de dépistage le sont moins. En tout cas pour les athlètes de haut niveau. Certains concurrents doivent respecter les exigences en matière de localisation. Elles permettent aux agences de procéder à des vérifications surprises avec peu ou pas d’avertissement, même en dehors des compétitions.

Dépistage du THC chez Cannabix Technologies
Dépistage du THC

Les limites pour le CBD

En septembre 2017, l’AMA a supprimé sa restriction entièrement sur le cannabidiol (CBD). Cela place l’AMA loin devant de nombreux pays du monde, y compris les États-Unis. La DEA a en effet tenté d’affirmer que le CBD est illégal.

L’avertissement de l’AMA sur le CBD est relativement bénin. Il précise simplement que la consommation de CBD pourrait augmenter la probabilité de consommer du THC par inadvertance. Cette consommation pourrait entraîner un test de dépistage positif.

“Le cannabidiol peut également contenir des concentrations variables de THC”, dit l’agence, “qui reste une substance interdite.”

L’exception de l’usage thérapeutique

Qu’en est-il du cannabis médical? En théorie, il existe une dispense.

L’AMA et son homologue américaine, l’Agence antidopage américaine (USADA), autorisent les athlètes à demander des autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT). Cela leurs permet d’utiliser des médicaments figurant sur la liste des interdictions de l’agence. C’est essentiellement une recommandation d’un médecin, prouvant le besoin d’un athlète.

Si l’AMA ne donne pas beaucoup de détails, le site de l’USADA est plus précis. Il indique que l’agence examinera de telles demandes, mais seulement pour des cas spécifiques. De là, l’agence ressemble beaucoup au gouvernement fédéral. Par exemple, contrairement aux cannabinoïdes synthétiques, la FDA n’approuve pas le cannabis.

L’agence établit ensuite un lien vers un document de la DEA (Drug Enforcement Agency). Elle explique pourquoi les cannabinoïdes pharmaceutiques synthétiques sont meilleurs que le cannabis à base de plantes.

Finalement, les athlètes olympiques ont une bonne marge de manœuvre en ce qui concerne les résultats des tests de cannabis. Cependant ils opèrent toujours dans un monde avec une protection médicale limitée.

Etant donné que de plus en plus de pays vont légaliser le cannabis, peut-être que cela risque de changer.

Test de dépistage et Jeux Olympiques
Rate this post
Tags : DepistageJeuxTHC
fr French?
X

Inscrivez-vous à la Newsletter

Retrouvez gratuitement toute l’actualité

copyright © Newsletter | BLOG-CANNABIS