Le clonage des plants de cannabis de type autofloraison est difficile mais pas impossible

Plus que jamais, les éleveurs proposent des graines auto-florissantes et féminisées. La rentabilité va de pair avec ce type de souche révolutionnaire. Mais elles sont réputées fragiles déjà pour le rempotage, à cause de leur développement racinaire pas assez stable. En outre, la croyance générale est donc de penser qu’une autoflo ne peut être clonée… L’exigence est là clé, le clonage de votre propre plant autofloraison est possible. Mais sous certaines conditions…

Clonage d’une souche autofloraison

Les variétés de cannabis autofloraison sont des souches qui passent automatiquement de l’état végétatif à l’état de floraison. Et sans que le producteur ne doive modifier l’environnement. À mesure que la plante mûrit, elle commence automatiquement à produire des bourgeons. Et quelle que soit la situation d’éclairage… À titre de comparaison, une souche traditionnelle – également appelée souche à photopériode – nécessiterait plus de 12 heures d’obscurité par jour pour amorcer la floraison. Lorsqu’on cultive des variétés traditionnelles à l’extérieur, on plante au printemps pour travailler selon l’horaire du soleil et que vos plantes soient récoltable avant l’hiver.

Plants autoflos en extérieur

Calendrier de bourgeonnement

Pour une variété à autofloraison, il suffit de deux mois de temps chaud et constant. Le fuseau horaire et la saison n’ont pas beaucoup d’importance. Surtout si vous êtes sous un climat modéré toute l’année. Les plantes autoflorissantes doivent être exposées à l’éclairage intérieur direct pendant 12 heures par jour après le bourgeonnement, et elles devraient être prêtes à être récoltées dans une dizaine de semaines (maxi).
C’est un énorme avantage pour tout cultivateur pressé. Mais en raison du calendrier de bourgeonnement différent de ces plantes, les souches autofloraison ne se clonent pas aussi bien que les plantes traditionnelles.

Les autoflos produisent des buds plus petits

Essentiellement, pour cultiver un clone, il suffit de prendre une petite coupe de votre plante de cannabis pendant qu’elle est dans l’état végétatif. Et de la mettre dans un milieu de culture de votre choix et de le faire pousser à partir de là. Bien que ce ne soit pas nécessaire, beaucoup de gens croient qu’il est très utile d’utiliser un gel ou une poudre d’hormone d’enracinement. Après une dizaine de jours, la petite bouture devrait commencer à former son propre système racinaire. Et peu de temps vous pouvez commencer à cultiver votre propre plante.

Un clonage difficile

La chose à propos des plantes à autofloraison est qu’elles fleurissent avec le temps et qu’elles ne peuvent pas être trompées pour rester en période végétative en allumant les lumières plus de 13 heures par jour. Cela a conduit à la croyance générale que le cannabis autofloraison ne peut pas être cloné, car les boutures prélevées sur une plante mère sont obligées de suivre sa «chronologie génétique» et de fleurir en fonction de l’âge en même temps qu’elle commence à fleurir. Cette logique dicte que les boutures n’atteindront pas une taille utile, et le rendement sera négligeable.

Le clonage des espèces auto-florissantes permet un bon rendement lors de la récolte

Cependant, il y a une poignée de cultivateurs qui croient autrement, et qui ont réussis à cloner leurs voitures et leur permettent de continuer à grandir en mode végétatif jusqu’à ce qu’ils soient presque aussi grands que leur mère. Une fois qu’ils atteignent leur taille maximale, ils commencent à fleurir.

Le bon timing

L’exigence clé si vous essayez de cloner des plantes autofloraison est de prendre seulement des boutures des branches inférieures. Ces branches inférieures semblent être plus stables sur le plan hormonal que la nouvelle croissance au sommet de la plante. La tige terminale principale, connue sous le nom de méristème apical, est la première partie de la plante à recevoir le signal qu’il est temps de fleurir. Et cette information prend du temps pour s’infiltrer vers le bas et signaler aux branches inférieures de fleurir… Ainsi, il y a une courte période de temps entre la première apparition des caractéristiques sexuelles et la perméation des hormones florales dans les tissus de la plante. Cette fenêtre peut être de juste quelques heures.. Et il est donc crucial de regarder vos plantes pré-fleurir et de prendre des boutures à ce moment précis.

Effectuez la coupe avec une lame propre

Les clones partagent exactement la même génétique que la plante mère, et cela inclut l’âge. Les souches photopériodiques font mieux lorsqu’elles sont clonées parce que le changement dans l’environnement dont elles ont besoin pour commencer la floraison, leur laisse le temps de se développer correctement. Un clone autofloraison aurait le même âge que sa mère et ne dépendrait pas de la lumière. Il suivrait la même chronologie génétique que son parent.

Un clonage autoflo réussi

Une fois que les boutures ont prises, elles doivent être maintenues sous une lumière de faible intensité. Mais aussi dans des conditions humides jusqu’à ce qu’elles soient enracinées. Une fois enracinées, elles subiront une croissance végétative jusqu’à ce qu’elles atteignent environ 80% de la taille de la plante mère. Et là, elles produiront des récoltes finales comparables. Donc techniquement oui, vous pouvez cloner des plantes autoflorissantes. Mais est-ce une bonne idée ? Pas nécessairement. Si la plante arrive à être clonée avant l’exposition du sexe, alors cela pourrait fonctionner. Mais c’est une fenêtre d’opportunité très courte qu’il faut saisir à ses risques et périls…

Tags : autofloautofloraisonCannabisclonagecloneculturegrowplantation
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis