close
Medical

Prévention AVC : nouvelle étude

http://www.jneurosci.org/content/35/4/1505
Blog-Cannabis

Le cannabis protège contre les accidents vasculaires cérébraux et améliore l’absorption d’oxygène dans le cerveau

La consommation de cannabis provoque régulièrement une augmentation du taux d’oxygène dans le cerveau et augmente le débit sanguin dans le cerveau, selon une nouvelle étude. Contrairement aux études passées, il n’y avait aucune différence d’effet entre les hommes et les femmes et aucune association n’a été trouvé entre la consommation de cannabis et les niveaux de QI.

Le cannabis améliore l’oxygène dans le cerveau

Une nouvelle recherche au centre de Santé du cerveau à l’Université du Texas, à Dallas et publiée dans le Journal de Neuropharmacologie déclare: Le THC, composante psychoactive du cannabis, conduit à des changements majeurs dans la façon dont le cerveau humain utilise l’oxygène à partir du sang.

La docteure Francesca Filbey, directrice de l’étude, a constaté que les utilisateurs de cannabis avaient des taux de circulation sanguine plus élevés que ceux qui ne consommaient pas , et que les utilisateurs de cannabis étaient plus susceptibles d’utiliser plus d’oxygène qu’ils ne consomment habituellement sans cannabis.

“Les résultats montrent des changements structurels et fonctionnels dans le comportement de l’oxygène dans le cerveau  et de l’oxygénation sanguine en raison de la consommation de cannabis”, a t-elle expliqué, “mais d’autres études sont nécessaires pour déterminer comment ces changements affectent le comportement”.

Il y a eu une association positive entre la consommation de cannabis et les taux de THC pour des débits sanguins plus élevés dans le cortex frontal (de l’étude)

Les chercheurs ont recruté 175 personnes :

à lire aussi
Comment se prémunir des effets secondaires?

74 utilisateurs de cannabis déclarés, qui ont utilisé du cannabis au moins 5 000 fois au cours de leur vie, en plus d’une utilisation quotidienne régulière au cours des 60 derniers jours précédant l’étude.

Et 101 personnes qui n’ont jamais consommé de cannabis, qui correspondent parfaitement à l’âge et au QI moyen.

Avant de procéder aux tests, les consommateurs de cannabis ont été invités à cesser de consommer du cannabis pendant 72 heures. Ceux qui n’ont pu se conformer à l’exigence d’abstinence ont été exclus de cette étude .Les niveaux de THC dans leur corps ont été examinés par analyses d’urines . Les composants psychoactifs restant dans leur corps ont été examinés en utilisant des examens d’IRM cérébrale.

Les chercheurs ont cherché à examiner trois paramètres principaux:

L’imagerie du débit sanguin (débit sanguin cérébral (CBF)), qui examine la quantité de sang atteignant le cerveau.

(OEF), ce qui représente la quantité d’oxygène qui a réellement atteint le cerveau par rapport à la quantité d’oxygène inspirée.

Le Taux de métabolisme de l’oxygène dans le cerveau (CMRO2), ce qui représente la vitesse à laquelle l’oxygène est absorbé et utilisé dans le cerveau.

Les chercheurs ont constaté que les utilisateurs réguliers de cannabis avaient une OEF et un CMRO2 supérieurs à ceux qui ne consommaient pas de cannabis en général. Ce qui signifie que les cerveaux des consommateurs de cannabis  absorbent plus d’oxygène du sang et ont un débit sanguin plus élevé.

à lire aussi
Combien de temps le THC reste dans le corps?

Une autre conclusion intéressante a mis en lumière que les consommateurs réguliers de cannabis avaient un débit sanguin plus élevé dans la région du cerveau, appelé Putamen ; C’est l’un des ganglions de base qui est responsable, entre autres, du système de récompense et de la formation des habitudes, comme en témoignent une autre étude intéressante.

“Nos résultats suggèrent que le THC dilate les vaisseaux sanguins, augmente l’absorption d’oxygène dans le cerveau, le débit sanguin et la formation de nouveaux vaisseaux sanguins”, concluent les auteurs.

D’autres résultats dans l’étude ont montré que, contrairement aux études antérieures, il n’y avait aucune différence entre les hommes et les femmes sur les effets du cannabis. Mais les auteurs notent que cette découverte peut être due à une disproportion d’hommes et de femmes dans l’échantillon de population de cette étude.

Comme dans les études antérieures qui ont réfuté les dires selon lesquelles le cannabis diminuerait le QI, les chercheurs ont conclu que «bien que nous ayons constaté que le CBF ( débit sanguin cérébral ) peut etre modifié grace au THC, aucune autre association n’a été trouvée sur l’utilisation du cannabis et son impact sur le QI».

Ces altérations neurophysiologiques devraient être mieux examinés a l’avenir dans des recherches et les applications cliniques qui pourraient prévenir les risques d’AVC.

Le cannabis médical dans la prévention de nombreuses maladies

Tags : AVCÉtudePrevention