légalisation

Point sur le nouveau test salivaire en France

Un nouveau test salivaire « sans cause préalable » contre le cannabis et la drogue au volant, débarque en France

De nouveaux tests salivaires débarquent contre la drogue au volant. Des tests salivaires dits sans « cause préalable »… C’est à dire que la loi a modifié les conditions de dépistage des stupéfiants au volant. Des tests salivaires pourront être exigés, même en l’absence d’infraction… Ces nouveaux tests sont plus rapides que les précédents. Et les condamnations insolites aussi…

Analyse simplifiée de la drogue au volant

Un dépistage positif de stupéfiants (sur le bord de la route)  devait être confirmé par une analyse sanguine. Or, désormais, en cas de résultats positif, les forces de police pourront procéder à un second prélèvement de salive… Ensuite, ils l’enverront dans un laboratoire d’analyses toxicologiques.

Cette seconde analyse salivaire permettra de déterminer définitivement s’il y a des traces de stupéfiants ou non. Cette nouveauté a vocation à simplifier les démarches policières. Et dans un autre registre, elle évitera au conducteur de se déplacer à l’hôpital pour un prélèvement sanguin…

Une procédure accélérée

Ces kits « nouvelle génération » ont pour objectif de multiplier les contrôles visant les stupéfiants. Mais aussi à accélérer les procédures judiciaires. Ces nouveaux tests plus rapides que les précédents,  seront selon Le Parisien, envoyés « dans les prochaines semaines aux commissariats et aux brigades de gendarmerie. » Les forces de l’ordre devraient pouvoir détecter en quelques minutes si un conducteur a consommé du cannabis, de la cocaïne, des opiacés, de l’ecstasy ou des amphétamines… Alors que ces derniers tests n’étaient qu’au nombre de 100.000 par an contre 11 millions pour les tests d’alcoolémie par an, il parait évidement que la nouvelle génération est là pour augmenter le chiffre des infractions.

Pour rappel, s’il est contrôlé positif aux drogues, un automobiliste risque deux ans de prison, un retrait de six points du permis de conduire et une amende pouvant aller jusqu’à 4.500 euros. Les Lois Macron devraient assouplir cela, mais seulement par l’instauration de contraventions. On ne sait toujours pas qu’elle sera l’application pour le cannabis au volant (surement négatif…), mais pour les drogues et l’alcool cela restera inchangé.

Sans « cause préalable »

En outre, même en l’absence d’infraction, les conducteurs pourront être soumis à des tests salivaires de dépistage de stupéfiants. « Les forces de police peuvent procéder à ces tests, même en l’absence d’accident de la circulation, d’infraction ou de raisons plausibles de soupçonner un usage de stupéfiants. »

Même en cas de bonne conduite…

La police n’aura donc plus besoin d’une « cause préalable » pour tester les conducteurs. Et si vous êtes un fumeur du dimanche, ou une personne très raisonnable, cela vous portera à défaut…

Insolite

Les mentalités changent… Pour exemple, le matin du 19 juillet 2017, une monitrice d’auto-école à emmené son élève à la gendarmerie de Couëron pendant un cours. Selon Ouest-France, ce dernier ne marque aucun stop et s’engage dans un sens interdit après avoir refusé la priorité à deux piétons. Un comportement qui ne manque pas d’éveiller les soupçons de la monitrice qui l’accompagne…

Une monitrice au service de la Police…

Effarée par la conduite de son élève, elle lui impose un nouvel itinéraire : direction la gendarmerie de Couëron près de Nantes. Les gendarmes procèdent au dépistage… Le jeune conducteur est contraint d’avouer «avoir consommé du cannabis au cours de la nuit écoulée et avoir peu dormi ». Ce jeune conducteur ne devrait pas repasser derrière le volant d’une voiture avant un petit moment…

Bref…

Étrangement on n’a toujours rien de concret au sujet des ces millions d’automobilistes qui conduisent sous l’influence de benzodiazépines et d’anti dépresseurs… De plus la machine distingue parfaitement la différence entre la méthadone, les morphiniques et l’héroïne… Sachant qu’une grosse dose de méthadone peut être assez contraignante au volant…

Cerise sur le gâteau, le cannabis si light par rapport aux drogues dures, fera parti du top dépistage pour nos chers policiers Français… Même en dose infinitésimale, et c’est bien là notre problème puisque le cannabis laisse des traces non actives dans l’organisme pendant des semaines…

Tags : depistagedrogueFrancelegalisationprohibitiontest salivaire
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis