Culture & Grow

Construire un sol organique parfait pour le cannabis

Construire un sol organique parfait pour la culture du cannabis, en 4 étapes

La culture du cannabis dans un sol organique permet aux producteurs d’augmenter la qualité sans l’intervention de nutriments chimiques qui peuvent brûler ou tuer les plantes. Pour créer un sol qui offre un environnement parfait, vous aurez besoin de nutriments nécessaires pour aider vos plantes à prospérer. Il est important de vraiment comprendre ce que vous voulez dans votre sol afin que vous puissiez produire votre propre mélange personnalisé qui coûte moins cher et contient tous les nutriments essentiels (N-P-K). Suivez ces étapes pour mieux comprendre ce qui rend le sol idéal pour votre propre milieu de culture.

Étape 1: savoir ce qui se trouve dans votre sol

Lors de l’achat d’un terreau, vous verrez une liste d’ingrédients et des informations sur les nutriments disponibles. Si vous espérez utiliser un sol qui est déjà présent dans votre jardin (ou autre source), il est impossible de savoir ce qu’il y a en réalité dans ce sol. Pour remédier à ce problème, vous pouvez soumettre un test qui vous permettra de comprendre les nutriments qu’il contient.

Détail du sol, à la loupe…

En outre, vous pouvez travailler de vos mains dans le sol et apprendre à le reconnaître. Est-ce compact ou moelleux ? Sablonneux ou argileux ? Est-ce qu’il contient de l’humidité ou est-il sec ? Y a-t-il des vers et des insectes présents dans celui ci ? Ce sont toutes les choses que vous pouvez considérer en utilisant simplement la vue et le toucher.

Étape 2: Trouver un sol adéquat

Une fois que vous avez su reconnaître les niveaux de nutriments et la texture de votre sol, il est temps d’ajouter les modifications nécessaires. La construction de base pour les plantes saines sont basés autour des nutriments N-P-K. Cela signifie l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Pour construire un sol sain, les nutriments doivent être facilement accessibles pour vos plantes (en terme d’absorption).

Nutriments riche en azote (N)

Les vers de terre : L’apport régulier de vers de terre augmente la nourriture disponible. Ce genre de terreau fournit  une source d’azote à libération rapide pour vos plantes tout en introduisant des bactéries saines, et de nombreux micronutriments selon leur provenance.
Les crustacés :  Le mélange de sorbates et de benzoates dans tous les crustacés et mollusques cuits  est plus lent à libérer dans votre terreau. Mais ceci ajoute de l’azote, du phosphore, du calcium  à votre sol. Les microbes seront invités à manger les résidus de carapace. Ce qui aidera à maintenir les nématodes (vers parasite) à distance.
Bat Guano : Les excréments de chauve souris fourniront les plus hauts niveaux d’azote et de phosphore. Le Bat Guano fait des merveilles, tout en diversifiant les bactéries et les microbes du sol.

Nutriments riche en phosphore (P)

Farine d’os : L’apport osseux provient généralement d’os de bovins, et il aide à maintenir le taux de phosphore. Gardez à l’esprit que votre sol doit être à un pH inférieur à 7 pour que la farine d’os soit plus efficace.
Fumier de poulet : Le fumier de poulet est un excellent moyen d’introduire à la fois le phosphore et l’azote. Choisissez un fumier de haute qualité qui est entièrement traité. Assurez-vous de modifier le fumier dans votre sol avec suffisamment de temps pour le laisser refroidir.
La poussière de roche : La poussière de roche est une source de phosphore se libérant lentement, qui peut être efficace dans le sol pendant des années. Mais elle ne fonctionne pas bien dans les sols avec un pH supérieur à 7.

Nutriments riches en potassium (K)

Poudre de Kelp : La farine de kelp est composée d’algues séchées provenant du milieu marin. C’est une excellente source de potassium qui favorise la diversité microbienne dans le sol. Une modification hydrosoluble, le varech peut être appliqué avec de l’eau ou à la main directement dans le sol.
Cendres de bois : Les cendres de bois peuvent être utilisées pour augmenter les niveaux de potassium dans votre sol. Mais soyez conscient qu’il augmente généralement le pH. Assurez-vous de tester régulièrement le pH de votre sol.
Compost : Votre bac à compost peut être une excellente source de potassium pour votre jardin, en particulier s’il contient des fruits et des écorces de banane.

Enrichissements supplémentaires au N-P-K

Ces trois configurations basiques N-P-K sont les plus importantes, mais il existe également des micronutriments qui aideront vos plantes à se développer. Les produits comme le gypse, l’azomite et la farine de varech peuvent ajouter de nombreux micronutriments pour renforcer votre sol. Une grande diversité de nutriments créée des nuances aromatisées, et des effets supplémentaire dans votre produit final.

Préparation pour un compost

Vous devriez également envisager des modifications qui restructurent la densité du sol, son aération et sa capacité de rétention d’eau. Par exemple, la perlite et la la tourbe peuvent améliorer le drainage et la rétention d’eau. L’introduction d’une population de vers (en bonne santé), voir des colonies fongiques aideront également à améliorer le sol, et sa structure. Un sol sain se maintient, et les organismes vivants récoltent et partagent les avantages d’un sol sain avec vos plantes de cannabis.

Étape 3: mélangez votre sol

Pour créer votre sol, appliquez les modifications précédentes et commencer à creuser ou utiliser un rototiller (ou motoculteur). Cela prend du temps, mais assurez-vous que tout est bien mélangé et que tous les coins du pot ou de votre milieu de culture ont été atteints. Une fois que vous avez mélangé le tout, lavez bien votre sol. Ce processus devra être répété quelques jours jusqu’à ce que le sol soit frais au toucher. À ce stade, le sol est prêt pour vos graines ou vos clones.

En outre un labourage annuel est nécessaire. Il consiste à décomposer un réseau complexe de mycélium, de cavités créés par des organismes bénéfiques dans le sol. Cependant, en cultivant votre sol chaque année, vous pouvez facilement ajouter des modifications et décomposer les cultures en s’assurant que tous les éléments nutritifs dans le sol soient bien mélangés et facilement disponibles. Essayez d’analyser les échantillons de sol au début et à la fin de la saison afin de déterminer le labourage annuel.

Étape 4: Préparez votre sol pour la saison suivante

Pour protéger votre sol pour la saison suivante, enlever les tiges et les racines des plantes précédentes de cannabis. Vous pouvez les composter et les appliquer de nouveau à vos sols une fois qu’ils se sont décomposés. Ensuite, introduisez une culture de couverture dans votre sol afin de la maintenir pendant l’hiver (genre des radis). Les légumineuses séquestrent et conservent l’azote tandis que les radis ont de longues racines qui aident à aérer et à libérer des sols profonds et compacts. Ces cultures de couverture doivent être détruites avant qu’elles ne se multiplient. Cela peut être réalisé en labourant le sol et ce qui reste de votre culture de couverture.

Gros plan de radis poussant dans un jardin.

Dans la saison morte, vous pouvez ajouter des nutriments à votre jardin. L’ajout de compost, de fumier (ou autres), permet aux précipitations d’apporter les nutriments dans le sol. Ainsi c’est un excellent moyen d’améliorer la qualité du sol lors de la saison morte. Construire votre propre sol est un investissement enrichissant qui ne fera que renforcer votre compréhension du jardinage. Avec un sol de qualité, vous économiserez du temps et de l’argent. Vous constaterez également que le sol devient un sanctuaire pour d’autres êtres vivants, car vous améliorez l’environnement entourant votre jardin. Le sol est incroyablement diversifié et complexe, et nous avons encore beaucoup à apprendre pour arriver à la perfection.

Tags : CannabiscultureCulture organiqueplantation
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis