Medical

A partir de quel dosage le cannabis réduit-il ou augmente t-il l’anxiété ?

L’une des raisons les plus courantes sur l’origine de l’utilisation du cannabis est le sentiment de calme produit . Cependant, des quantités trop importantes peuvent conduire à de graves sentiments de confusion et d’anxiété .

Les chercheurs ont tenté de déterminer quelle quantité de cannabis va induire la relaxation et la tranquillité et a partir de quand le malaise et le stresse commence . L’étude n’est pas complète, bien sûr, puisque le sentiment , bon ou mauvais induit après la consommation dépend de nombreux facteurs tels que l’expérience précédente, l’environnement , etc.

Si vous demandez à la plupart des consommateurs de cannabis pourquoi ils consomment cette plante, il est probable que beaucoup d’entre eux le font pour se détendre. Les composants du cannabis sont connus comme tels , et contribuent au sentiment de sérénité et à réduire le stress . De nombreuses souches de cannabis sont considérés comme des remèdes aux problèmes de sommeil , difficulté à s’endormir , et aide ceux qui souffrent de stress post-traumatique à calmer leurs angoisses.

D’autre part , presque aucun consommateur de cannabis n’a échappé au célèbre « Bad Trip ‘ , qui apporte un sentiment d’anxiété ou parfois d’inconfort et dans les cas graves, de crise de panique et des sueurs froides , surtout parmi ceux qui ne sont pas habitués à la consommation de grosses quantités.

Les facteurs qui affectent les sentiments après la consommation de cannabis, que ce soit des sentiments de bien-être , agréables, dérangeant et ennuyeux sont nombreux : comme la souche du cannabis utilisé , le pourcentage de ses composants et l’équilibre entre eux (cannabinoïdes et terpènes) . Mais d’autres facteurs peuvent agir lors de la consommation , comme le lieu , le moment , ou le regard de la société vis a vis du consommateur de cannabis . D’autres variables telles que la consommation dans le temps ( si consommation quotidienne , hebdomadaire ou occasionnelle , quantité de joints consommés par jours ou par mois , si consommé pendant plusieurs mois ou années , etc ) peuvent affecter le consommateur pendant des années voir probablement plus.

consommation quotidienne , hebdomadaire ou occasionnelle
consommation quotidienne , hebdomadaire ou occasionnelle

Les chercheurs ont voulu vérifier l’un des facteurs qui affectent probablement le plus le consommateur : la différence entre l’effet « High » du cannabis ( état très paisible , qui dure pendant plusieurs dizaines de minutes )  et bien sûr la quantité de cannabis consommée, ou plus précisément la quantité de THC, le principal facteur de cannabinoïdes , qui est psychoactif.

Pour l’étude, financée en partie par l’Autorité antidrogue des États-Unis (NIDA) et publiée dans la revue ‘Addiction’, les chercheurs ont recueilli pour deux sessions , plus de 42 volontaires âgés de 18 à 40 ans , qui ont déjà consommé du cannabis par le passé, mais qui ne le font pas sur une base quotidienne. Ils les séparent en trois groupes et a chaque groupes est donné une faible dose (7,5 mg de THC) ou une dose élevée (12 mg de THC), ou un placebo (aucun effet).

Deux heures après la prise de THC dans chaque groupes , on donne aux volontaires une tâche qui évoque un sentiment de pression, de stresse . Lors de la première visite , ils sont allés à une entrevue d’emploi fictif qui était filmée avec une caméra vidéo sur toute sa longueur, puis ils ont reçu une série de 5 chiffres a mémoriser et on leur a demandé de soustraire à chaque fois le nombre 13. La deuxième visite leur a été imposé régulièrement pour parler de livre préféré ou d’un film, puis de jouer au solitaire.

« Nous avons trouvé que de petites quantités de THC réduisait la tension, alors que de fortes doses entraînaient des effets indésirables », explique l’auteur de l’étude Emma Childs, professeur de psychiatrie à l’Université de l’Illinois à Chicago, États-Unis, dans un communiqué de presse.

D’après les résultats, ceux qui prennent des doses plus faibles de THC étaient plus détendus que ceux qui ont reçu des doses plus élevées , et même plus calmes que ceux recevant des doses fictives (placebo). D’autre part ceux qui prennent des doses plus élevées se sentaient moins bien, et on dû arrêter les entrevues d’emploi simulées en déclarant ressentir trop de pressions lors des tests extrêmes.

Cardiologie
Les consommateurs de cannabis ont moins de chance de mourir d’une crise cardiaque

Cependant, dans tous les cas, il a été constaté que ces sentiments d’anxiété n’ont pas conduit à un changement du taux d’hormones , de la fréquence cardiaque ou de la pression artérielle . Les tests se sont trouvés identiques dans tous les groupes.

« Les résultats de l’étude montrent une influence même avec l’équivalent de quelques bouffées de cigarette de cannabis »

a déclaré le professeur Childs . A savoir que deux bouffées sont censés répondre à la définition individuelle d’une faible dose, en inhalant plus d’un demi joint , cela est considéré comme une dose élevée !

Une étude publiée l’an dernier a examiné le dosage moyen d’un joint de cannabis et a constaté que la quantité moyenne est de 0,32 grammes. Si l’on prend en compte ce chiffre (un demi-joint) conduira à la consommation d’environ 10 mg de THC (selon l’espèce et d’autres variables) alors qu’au milieu de la nouvelle étude, la dose élevée donné était de 12 mg et la faible dose a 7,5 mg .

Bien que ce soit des résultats de recherche intéressants , ils peuvent indiquer même tout ceux qui ont déjà essayé de consommer du cannabis, mais il y a quelques exceptions énoncées: le groupe test était faible et ne comprenait que des consommateurs non réguliers, tandis que les consommateurs réguliers connus des praticiens , eux , consommés des quantités beaucoup plus grandes. En même temps, il y a la question de l’effet des différentes souches de cannabis qui contiennent différentes molécules , présentes en quantité très différentes , et qui interagissent entre elles . Cet effet d’interaction entre les molécules du cannabis est aussi appelé « effet d’entourage » . En particulier l’une des molécules présente naturellement dans le cannabis et qui est parmi les plus connu , le CBD , est l’antagoniste des effets du THC ( l’anti-poison du THC , utilisé lors d’effet BAD par exemple )  alors que les sujets de cette étude n’ont reçu que des doses de THC pur.

Un autre facteur est le changement que les participants ont eu lors de l’expérience, à savoir leurs habitudes de consommation de cannabis dans une atmosphère détendue par rapport à une prise pendant le cours des essais.

« Des études comme celle-ci, en examinant les effets du cannabis , sont nécessaires .En particulier compte tenu de l’utilisation généralisée du cannabis , à la fois dans un usage médical et non médical », a déclaré le professeur Childs. « Malheureusement, les restrictions juridiques rendent plus difficiles les moyens pour mener de telles études. »

Microdosage
Microdosage methode

Les résultats de cette étude confirment en outre le phénomène d’augmentation de la consommation de cannabis, par petites portions, appelée Microdosing (micro-dosage). Une étude publiée l’an dernier, montre que dans les 20.000 participants consommateurs de cannabis , ils ont trouvé une diminution de la graisse dans le corps mais aussi que le cannabis aide l’absorption d’autres traitements médicaux , ce qui est une avancée clinique.

« Au cours de l’étude, nous avons constaté que la plupart des gens ont une dose seuil au-dessous duquel les traitement sont de plus en plus efficaces et de manière significative »

a expliqué le Dr Dustin Solak , auteur de l’étude.

« Au-dessus de cette dose les patients commencent à développer une résistance et à une baisse des avantages cliniques. »

Tags : CBDTHC
JD yodA

The author JD yodA

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis