Medical

Prof. Mechoulam: Le CBD est un remède pour le diabète et doit être légal

Le spécialiste mondial du cannabis appelle au rééchelonnement du CBD

«C’est dommage, nous sommes entrain de louper quelque chose d’important » A t’il déclaré dans un discours prononcé au Colorado. Le professeur émérite à fait l’éloge lors de l’inauguration de l’Institute of Cannabis Research à Pueblo, de l’ingrédient du cannabis, le CBD. Le Cannabidiol ( CBD ), est le composant non-psychoactif du cannabis, contrairement au THC qui est psychoactif. Le CBD est  considéré comme un grand avantage pour la santé. Mais le CBD est toujours considéré comme substance dangereuse, de première classe, dans le cadre de la plante de cannabis. Pourtant le CBD offre de nombreux avantages médicaux, en tant qu’anti-inflammatoire, anti-nauséeux, et aidant à traiter les troubles du sommeil. Le CBD a été décrit précédemment par Mechoulam, professeur de l’Université Hébraïque depuis six décennies comme « idéal pour le traitement de la schizophrénie« 

Intervention du professeur Mechoulam en faveur du CBD

Si les États-Unis cesse de regarder la CBD comme une substance illégale, cela débloquerait le potentiel immense de la marijuana. Déjà en tant que médicament a déclaré le père de la recherche sur le cannabis, samedi à Pueblo. En effet, Raphael Mechoulam, le professeur et chimiste, était au Colorado samedi. En tant que conférencier principal à l’inaugurale de l’Université du Colorado, l’Institut de recherche sur le cannabis de Pueblo.

« Je crois que la CDB doit sortir de cette situation illégale. Elle est classée à côté de l’héroïne. Ce qui n’a pas de sens, parce que ce n’est pas toxique. Ne provoque aucune dépendance, alors il faut la déplacer (de l’annexe 1) », a déclaré Mechoulam au The Denver Post dans une brève interview suite à son discours. « Et une fois que la substance sera déplacé, plus de gens l’utiliseront. Et j’espère que cela deviendra un médicament majeur (médicinal) « .

Le discours d’une heure du professeur Mechoulam s’est concentré sur ses recherches. En proposant, une vaste collection qui comprend environ 400 articles scientifiques cités près de 100 000 fois. Mechoulam est crédité pour la découverte du système endocannabinoïde et de l’isolement, la composition chimique et structurel, ainsi que la synthèse des principaux cannabinoïdes du cannabis. Notamment le cannabidiol (CBD), le delta-9 tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabigerol (CBG).

Effet d’entourage du cannabis

Mechoulam a également discuté de «l’effet entourage». Un concept qu’il a aidé à décrire comment les composés du cannabis fonctionnent en harmonie. Notamment, pour produire potentiellement des avantages plus efficaces qu’ils ne le feraient seuls. Il a exprimé son optimisme selon lequel CSU-Pueblo, par l’intermédiaire de son Institut de recherche sur le cannabis, pourrait mener des recherches supplémentaires sur cette théorie.

Le Mechoulam a souligné certains des résultats de son équipe au cours des années. Notamment avec  le delta-8 tétrahydrocannabinol  qui prévient les vomissements et les autres effets secondaires de la chimiothérapie chez les enfants atteints de cancer. En outre, la CDB a empêché le début du diabète de type 1 chez la souris et sert d’antipsychotique aux patients atteints de schizophrénie.

« La recherche est là et, dans certains cas, elle existe depuis des décennies », a t-il dit. « Maintenant, il appartient à quelqu’un de mettre les résultats à utiliser et d’avancer la science en médecine . » a t il rajouté. « Cela devrait être fait … mais malheureusement, rien ne se passe pour le moment », a déclaré Mechoulam.

Le professeur sollicite plus d’essais clinique

« Les essais cliniques sont coûteux » selon le professeur. « Et ceux qui vivent dans le milieu universitaire n’ont pas la capacité ou les ressources nécessaires pour passer les prochaines étapes », a-t-il déclaré. Ajoutant qu’il a « attendu environ 10 ans » pour q’une entreprise pharmaceutique ou une autre entité de taille significative mène un essai clinique sur l’efficacité de la CDB dans la prévention et le traitement du diabète de type 1.

« C’est dommage car, dans ce cas particulier, le diabète de type 1, ce n’est pas différent … chez la souris et chez les humains », a-t-il déclaré. « Alors, nous manquons quelque chose. J’espère que l’un de ces jours, quelqu’un fera un essai clinique. Et montrera, je l’espère, que l’on peut traiter le diabète de type 1 avec du cannabidiol avec essentiellement des effets secondaires « .

Les responsables de l’administration des stupéfiants des États-Unis (DEA) considèrent que la CDB et d’autres extraits de marijuana comme des substances de l’annexe I. C’est la plus stricte des classifications. Cependant, cette position purement politique est contestée. La conférence de trois jours de l’Institute of Cannabis Research, nouvellement formée, a attiré 550 participants de 10 pays et 21 États américains.

En outre, les panneaux de discussion de l’événement couvraient un large éventail de sujets. Tels que la recherche, la fiscalité, l’immobilier, la médecine, la santé et les entreprises. Autant d’arguments que la DEA n’aura pas d’autres choix que de prendre en compte.

Tags : cannabis médicalcannabis thérapeutiqueCBDcoloradoÉtudeIsraelProfesseur Raphael MechoulamRaphael MechoulamsciencetraitementUS
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis