Qu’est-ce que le syndrome de déficience endocannabinoïde ou la carence clinique en endocannabinoïde ?

Sur la base de la connaissance scientifique disponible concernant le système endocannabinoïde. On constate que les cannabinoïdes, pallient au manque d’homéostasie du corps humain, un dérèglement de la sérotonine. Certains chercheurs iront jusqu’à estimer que de nombreuses maladies, comme la sclérose en plaques et la fibromyalgie, peuvent être causées par une simple carence en cannabinoïdes endogènes (fabriqués par le corps humain), également appelés endocannabinoïdes. Ce syndrome a été qualifié de déficience clinique en endocannabinoïde, ou CECD. Aussi parfois appelé syndrome de déficience endocannabinoïde.

Le manque d’homéostasie

La carence clinique en endocannabinoïde (CEDC) est un trouble qui est impliqué dans une gamme de maladies, y compris la fibromyalgie, la migraine et le syndrome du côlon irritable. Jusqu’à présent, très peu de recherches ont été menées sur ce trouble spéculatif. En outre, les chercheurs comprennent que le système endocannabinoïde du corps maintient l’homéostasie. Ce qui signifie qu’il contrôle et régule la douleur, l’appétit, le sommeil, l’inflammation et le métabolisme cellulaire. Y compris le cycle de vie des cellules…

homéostasie

Ainsi, un manque de cannabinoïdes pourrait provoquer une perturbation de plusieurs systèmes dans le corps. Il est théorisé que cette perturbation, ou le manque d’homéostasie, entraîne alors des problèmes plus importants et potentiellement mortels. Plusieurs chercheurs remarquables ont proposé qu’une déficience endocannabinoïde puisse être responsable de maladies comme la migraine, la sclérose en plaques et la maladie de Crohn. Selon le Dr Ethan Russo, conseiller médical principal chez GW Pharmaceuticals (la société britannique qui fabrique le Sativex):

« Les niveaux de cannabinoïdes déficients peuvent être la cause sous-jacente de nombreux symptômes soulagés par le cannabis ».

homéostasie

Les patients soufrant de ces symptômes et qui consomment du cannabis, sont ils en train de compléter leur système endocannabinoïde ? Les cannabinoïdes de la marijuana peuvent-ils être considérés comme des simples nutriments ? Ou plus clairement, le cannabis peut il être un remplacement pour les endocannabinoïdes humains ?

Rôle du THC et de l’anandamide

Les trois conditions comportent des modèles cliniques et biochimiques communs qui peuvent indiquer un symptôme CEDC sous-jacent. La migraine est censée être influencée par la fonction endocannabinoïde. Car les zones soupçonnées d’être impliquées dans la génération des migraines sont également affectées par l’activité cannabinoïde. De plus, on pense que l’anandamide (le cannabinoïde naturel du corps humain), a un rôle dans la modulation de la douleur. Ainsi que dans la transmission de la sérotonine. Ce qui affecte positivement les personnes atteintes de la maladie.

migraine

La biochimie de la migraine est très complexe et mal comprise. Mais on sait que des niveaux élevés de sérotonine sont présents pendant les attaques. Le THC et l’anandamide, ont montré une inhibition la sérotonine à fortes doses. Bien que de faibles doses augmentent sa production, en particulier dans les plaquettes du plasma sanguin.

Les utilisateurs de cannabis sont parfaitement admissibles à un don de sang

Les plaquettes contiennent les plus fortes réserves de sérotonine du corps, qui est également présente dans le système endocannabinoide, ainsi que dans tout le cerveau. La libération de la sérotonine des plaquettes est jugée cruciale pour la génération de migraines. Et la migraine est souvent considérée comme une maladie du sang sur cette base.

Trouble sous-jacent du système endocannabinoïde

L’idée qu’un système endocannabinoïde dysfonctionnel est responsable de nombreux troubles somatiques, est apparue au cours des dernières années. En 2004, le syndrome CECD a été proposé pour la première fois. Les chercheurs ont suggéré que le haut degré de corrélation, ainsi que la caractéristique commune de l’activité inhabituelle des récepteurs cannabinoïdes, indiquaient un trouble sous-jacent du système endocannabinoïde.

anandamide
Lors d’une déficience en anandamide, le THC est l’un des meilleurs remplaçant

De nombreuses conditions connues peuvent être attribuées au dysfonctionnement d’un système neurotransmetteur spécifique. En effet la maladie d’Alzheimer est causée par une déficience du neurotransmetteur d’acétylcholine et par la maladie de Parkinson par déficit en dopamine lié à l’âge. Il est donc logique de supposer que la déficience des neurotransmetteurs cannabinoïdes entraînerait également un trouble spécifique ou un ensemble de troubles apparentés.

Signalisation de la sérotonine

La relation avec le système de signalisation de la sérotonine ne peut pas être ignorée lors de la recherche de la possibilité de l’existence du CECD. Des études comportementales suggèrent que les effets de la signalisation endocannabinoïde sont transmises par la régulation du système de sérotonine.  Ceci peut à la fois inhiber ou augmenter la synthèse de la sérotonine dans le cerveau.

sérotonine
Le THC a montré qu’il inhibait la libération de la sérotonine des plaquettes, chez les personnes souffrant de migraine,

Cependant, les effets indépendants des cannabinoïdes sur les récepteurs cannabinoïdes sont considérés comme la cause sous-jacente du CECD. Malgré cette relation potentiellement fondamentale avec la signalisation de la sérotonine. Si l’existence du CECD est amplement plus prouvée, des thérapies ciblées peuvent être étudiées. Ce qui permettrait de déterminer la nature précise de la carence et de déterminer la ration et le dosage appropriés des cannabinoïdes exogènes supplémentaires.

L’ingestion de cannabidiol (CBD) ont démontré des effets similaires

À l’heure actuelle, le traitement de ces symptômes se fait habituellement par l’ingestion d’extrait de cannabis brut ou par la fume. Ce qui peut impliquer des rapports cannabinoïdes diffusément différents entre les souches de cannabis. En raison de l’effet dépendant de la dose de nombreux cannabinoïdes. En outre le soulagement de ces symptômes peut ne pas être adéquat avec certaines variétés de cannabis.

Les cannabinoïdes végétaux

Alors que nos corps fabriquent nos propres cannabinoïdes, les cannabinoïdes des plantes affectent donc également le système endocannabinoïde (ECS). Les cannabinoïdes végétaux ou les phytocanabinoïdes se lient aux récepteurs ECS de la même manière que les endocannabinoïdes. Les phytocanabinoïdes, comme ceux du cannabis, ont été montrés dans des milieux cliniques pour avoir des effets anti-inflammatoires, anti-anxiétés et antioxydants. Les phytocannabinoïdes peuvent donc aider à équilibrer l’ECS, ce qui favorise l’activité ECS hyperactive et sous-active.

cannabinoïde
Les phytocannabinoïdes, nutriments essentiels du corps humain

Pour les personnes atteintes de CEDS, les phytocannabinoïdes peuvent, en fait, être des éléments nutritifs essentiels. Pour les personnes autrement en bonne santé, la supplémentation en cannabinoïdes peut être une mesure préventive puissante contre les maladies. D’autres composés, comme les acides gras essentiels (EFA), sont également connus pour moduler l’ECS, ce qui indique que le système endocannabinoïde est beaucoup plus important pour notre santé et notre longévité que ce qu’on pensait auparavant.

Tags : cannabis médicalcannabis thérapeutiqueCBDFibromyalgiehoméostasiephytocannabinoïdessciencesystème endocannabinoïdeTHCtraitement
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis