En finir avec les araignées
Culture & Grow

En finir avec les araignées

Comment tuer les araignées sur vos plants de marijuana

Les araignées sont peut-être les envahisseurs les plus dommageables pour vos plants de marijuana. Considérés comme des arachnides plutôt que comme des insectes, les araignées ont huit pattes et aucune antenne… Elles sont extrêmement difficile à voir à l’œil nu. Les araignées font leurs maisons sur la face inférieure des feuilles et fera tourner une toile soyeuse comme un moyen de protéger leur colonie et les œufs. Si vous voyez de belles connexions blanches entre les feuilles, une chance que vous avez des acariens… Mais dans les deux cas, ces nuisibles sont à exterminer, ou votre milieu de culture passera à la trappe…

Les dévoreurs de cellule végétale

Les araignées ont de petites «dents» avec lesquelles elles peuvent perforer une seule cellule végétale et extraire la chlorophylle nécessaire pour la photosynthèse dans toute la vie végétale. Les œufs éclosent en trois jours avec l’acarien devenant sexuellement mature en seulement cinq jours… Cela signifie qu’ils peuvent se reproduire à un rythme rapide, causant ainsi des dommages importants à votre culture.

Étonnant que quelque chose de si petit puisse être si préjudiciable !

Parce qu’ils se reproduisent rapidement, les araignées ont le potentiel de causer des dommages majeurs à vos plants de marijuana. Une femelle mature peut produire littéralement des millions de descendants dans le mois.

Une colonie en pleine invasion

L’infestation incontrôlée d’acariens peut causer des dommages importants aux cultures et / ou une défaillance. En suivant les pratiques de plantation mentionnées ci-dessous, vous pouvez décourager l’infestation d’acariens.

Comment tuer les araignées sur vos plantes de marijuana

Mesures préventives

Le compost organique et le paillis ajoutés au site de plantation dissuadent ces guerriers microscopiques d’envahir vos plants de marijuana en encourageant la présence d’acariens prédateurs qui se nourrissent des acariens destructeurs.

Le redoutable prédateur de la famille des coccinellidés, ami du cultivateur

Les coccinelles se nourrissent également d’acariens. Ils peuvent être achetés en ligne, mais seront plus que probable s’envoler une fois qu’ils n’ont plus une source de nourriture à leur disposition. Vous pouvez voir l’apparition soudaine de coccinelles si les acariens sont présents et peuvent vous épargner la peine d’en trouver, voir de les acheter. Mère Nature travaille ainsi !

Vous avez déjà des acariens ?

Si, malgré la prise de mesures préventives, vous voyez encore des preuves d’acariens, arrosez votre plante avec un jet d’eau dure trois matins d’affilée. La pression de l’eau éliminera les insectes et leurs tissus protecteurs, les faisant tomber au sol et débilitant leur mouvement. Ils ne pourront plus atteindre les feuilles et mourront de faim.

L’arrosage forcé, plus adapté à la culture d’extérieur…

Renforcez toutes les mesures de nettoyage, et séparez les plantes infectées des unes des autres. Il faut tout faire pour enrayer le fléau, de sorte qu’il ne s’étende pas. Retirez les feuilles affectées à plus de 50 % et jetez-les… Évitez de toucher d’autres parties de la plante ou d’autres plantes pendant ce processus.

Les petits points jaunes ou blancs sont les signes d’une colonisation de l’araignée rouge

Et pour la culture d’intérieur, créez un environnement hostile en réduisant la température à 16 degrés et augmentez l’humidité. N’hésitez pas à asperger vos feuilles à l’eau froide. Vous pouvez également les retirer à la main à l’aide d’une petite éponge.Les araignées prospèrent à des températures élevées, et mourront du froid. Jeter le sac dans vos ordures, loin du milieu de culture.

L’araignée rouge dans la culture intérieur

Dans une culture en intérieur, il n’y a pas de prédateurs comme il peut y en avoir dans les écosystèmes naturels. Les cultures sont particulièrement sujettes à l’expansion de cette espèce, pendant les mois où la chaleur est élevé, notamment l’été.

Les tétranyques (araignées rouges)

Les araignées rouges, dont l’espèce la plus connue est le tétranyque tisserand (Tetranychus urticae), sont de redoutables ravageurs qui peuvent parasiter les plantes. On peut détecter leur présence grâce l’apparition de petites tâches blanches sur les feuilles qui finissent ensuite par jaunir et se dessécher complètement.

La prolifération des araignées rouges est souvent liée à un air trop sec.

Les remèdes Bio

Différents produits sur le marché peuvent être efficace une fois l’invasion est répandue.

  • L’huile de neem : L’huile de neem est obtenue à partir des graines d’un arbre poussant en Inde. Ses propriétés insecticides, acaricides et bactéricides ne sont plus à prouver. Elle reste cependant interdite à la vente en France en tant que traitement phytosanitaire, y compris en bio.
  • Le savon noir potassique : Le savon noir est fabriqué avec des sels potassiques et un corps gras naturel, une huile végétale (généralement de l’huile de lin et/ou d’olive). Dans le commerce on le trouve sous forme liquide ou en pâte molle. Pour une utilisation au jardin, il est conseillé de prendre du savon noir liquide car son emploi est plus facile. Deux à trois applications avec des intervalles de cinq à dix jours seront nécessaires.
  • L’huile de pyrèthre :Le pyrèthre est un insecticide végétal extrait des fleurs séchées de chrysanthème. Cet insecticide est également appelé pyrèthre de Dalmatie (Tanacetum cinerariifolium). C’est un bon acaricide naturel à appliquer deux ou trois fois en laissant un intervalle de cinq jours entre chaque application.

Les prédateurs naturels des tétranyques

Il existe sur le marché différents types d’insectes prédateurs des tétranyques, les plus connus sont :

Produit vivant à base de Amblyseius californicus
  • Amblyseius californicus: Acarien prédateur de l’araignée rouge
  • Feltiella acarisuga: prédateur de l’araignée rouge
  • Macrolophus caliginosus: nymphes punaise prédatrice contre l’araignée rouge
  • Phytoseiulus persimilis: Acarien prédateur de l’araignée rouge

Astuces de grand-mère

Il existe également des systèmes « maison , des répulsif à faire soi même pour lutter contre ce fléau dont notamment. Étalez des peaux d’oignon au pied de votre culture, ou administrez une infusion de fougères dilué avec de l’eau (à appliquer au début du printemps). Les infusions d’absinthe (sic !) mélangée avec du silicate de soude sont efficaces (saupoudrer l’espèce au printemps et en automne).

En phytothérapie la fougère peut venir à bout des parasites intestinaux…

Et si vous avez la patience et que vous êtes aux petits soins avec vos plantes. Utilisez un coton tige imbibé d’alcool (pharmacie) dilué à 50% avec de l’eau, et faites la guerre sous le dessous des feuilles… Le système est rébarbatif car il faudra répéter l’opération chaque semaine jusqu’à la fin de votre culture.

Tags : araignéesCannabisculturegrowplantation
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis