Culture & Grow

Génotype et phénotype

Les mots génotype et phénotype sont populaires dans le monde cannabique

Mais que signifie les termes génotype et phénotype ?

Vous avez probablement déjà remarqué que les mêmes souches peuvent être différentes de goût. Ainsi qu’elles possèdent des effets complètement distincts sur l’utilisateur. Outre techniques de culture utilisées cette différence provient principalement d’une chose: la génétique. Bien sûr, l’environnement ou une plante de marijuana aurait grandi, a également un impact décisif sur le résultat final. Les plantes d’une même souche peuvent être différentes quand elles sont cultivées par des personnes différentes.  Cela étant dit, la génétique détermine le potentiel de la plante. Si la génétique est mauvaise, même le meilleur environnement ne mènera pas à une plante réussie. La génétique et les souches vont de pair. Explications :

Phénotypes vs génotypes

En génétique, il existe une différence distinctive entre le génotype et le phénotype. Le génotype est le code génétique réel de tout type d’organisme – l’homme, la mouche des fruits, une plante de marijuana, et ainsi de suite. Il décrit comment cet organisme grandira, ou du moins quelles sont les options possibles. À partir de là, les conditions environnementales déterminent comment le plant va effectivement tourner.

Le phénotype, d’autre part, est l’expression physique de cette composition génétique. Le phénotype est déterminé par le génotype, mais il peut y avoir des différences majeures dans le phénotype quand en fait le génotype est assez similaire. Le phénotype(expressions physiques de la génétique) peut être affecté par l’environnement dans lequel la plante grandit. Qu’il s’agisse de l’odorat, du goût, de la couleur, de la forme et de la puissance, le phénotype agit (en particulier en ce qui concerne la quantité de résine produite).

Les souches landrace

Pour bien comprendre le fonctionnement de la génétique de la marijuana, il est important d’avoir une compréhension complète de la façon dont tout a commencé. La marijuana est en effet une ancienne plante, bien que ses origines exactes ne soient pas entièrement connues. Tout au long de l’histoire, il a des connexions mondiales.

Le chemin arpenté par les hippies vers le prétendu lieu d’origine en Asie centrale

Une des premières souches de cannabis provenait du Pakistan, en particulier dans la région de l’Hindu Kush. Une autre a évolué dans les régions tropicales du monde. Ces souches sont considérées comme parmi les meilleures au monde. En grande partie du fait qu’elles ont évolué naturellement sur des milliers d’années. En effet, c’est ce qui en fait des plantes fortes, robustes et puissantes. Elles sont orientées spécifiquement vers la survie dans leur environnement particulier. Elles sont  appelés souches landrace.

Localisation des principales LandRace

En général, les souches (indicas et sativas) remontent à certains types de climats. Par exemple, les indicas, qui sont plus courtes et fortement résineuses, ont évolué dans des zones situées entre 30 et 50 degrés de latitude. D’autre part, les Sativas, poussent plus lentement et sont des plantes plus grandes. Et elles aiment évoluer dans les zones proches de l’équateur (30 degrés de latitude).

Jamaïcaine Landrace

Culture de marijuana à l’intérieur

La culture intérieure est devenue populaire dans les années 1970 et 1980. Ceci était dut à la répression du gouvernement, qui exerçait une pression croissante sur les cultivateurs de marijuana. Les cultivateurs  ont commencé à préparer leur culture en intérieur, dans un environnement caché et plus sûr… Aujourd’hui, la plupart de la marijuana sur le marché vient de ces environnements intérieurs de croissance.

Magasin de culture hydroponique à Quimper

Toutefois,  on pense dans certains cercles que cet environnement de croissance artificielle n’est pas idéal pour les plantes de cannabis. Dans ces conditions, ils ne pourront jamais atteindre leur plein potentiel. En effet,  les phénotypes n’auront qu’une certaine plage d’expression disponible. Car les souches d’intérieur sont spécifiquement élevées pour leur niveau de THC, au détriment du CBD (par exemple). Ces plants de marijuana n’ont vraiment pas le potentiel de leurs ancêtres.

Les montagnes de l’Hindu-Kush (Afghanistan et Pakistan), un environnement difficile à maîtriser

La variété de facteurs environnementaux intérieurs mènera à de grandes différences dans l’expression phénotypique. Ces facteurs comprennent la température, l’humidité et l’éclairage. Ainsi que le type de milieu de culture, les nutriments et le moment où les plantes sont récoltées. Même l’inclinaison des lumières est à prendre en considération.

Hybrides

Dès le moment où les gens ont commencé à cultiver leurs plantes de marijuana à l’intérieur, ils ont commencé à hybrider leurs plantes de marijuana. Les meilleurs aspects génétiques des indicas et sativas ont été aspiré à être dans une seule plante. Les indicas ont des périodes de floraison plus courte et des bourgeons cimentés en résine. Tandis que les sativas ont un effet plus souhaitable sur l’utilisateur de marijuana.

AK-47 est un chef-d’oeuvre, et à juste titre parce qu’elle met en avant les traits les plus favorisés de la Sativa et l’Indica.

Les producteurs voulaient avoir les deux, alors ils ont commencé à s’hybrider. Une fois que cela a commencé à se produire, le spectre entier des options d’expression phénotypique a été élargi. Il ne comprenait plus que des traits de sativa ou des traits d’indica, mais une gamme complète des deux. Parfois, les génotypes et les phénotypes entrent en jeu d’une manière intéressante lorsque l’hybridation se produit. Par exemple, il existe un certain nombre de souches qui sont génétiquement plus sativa, mais phénotypiquement, ils ressemblent plus étroitement à un indica. L’hybridation de la marijuana a effectivement changé le jeu quand il s’agit de combiner la génétique.

L’interaction du génotype, du phénotype et de l’environnement

Pour aider à comprendre les phénotypes et les génotypes en termes plus clairs, peut-être la meilleure façon d’expliquer ces termes est de les mettre dans une équation :

Génotype + environnement + l’interaction du génotype et de l’environnement = phénotype.

Cette équation montre que le phénotype est le résultat du fait que le génotype et l’environnement interagissent. Mais si c’est le cas, pourquoi toutes les plantes sont-elles uniques les unes des autres ? Le génotype est incroyablement important dans cette équation. Donc il n’est pas nécessaire de le minimiser. C’est l’un des nombreux malentendus dans la communauté cannabis. La vérité est que la génétique peut aussi faire une énorme différence dans la façon dont les plantes se révèlent.

Depuis l’apparition de l’agriculture, les graines représentent la ressource la plus importante pour l’humanité

Les gens ne devraient surtout pas essayer de cultiver des plants de marijuana à partir de graines qu’ils ont découvert dans leur plantation. En raison de l’importance de la génétique et du génotype, faire de telles choses serait simplement condamner le producteur à l’échec. Il est important de garder à l’esprit que deux génotypes ne seront pas exactement les mêmes. Même si vous achetez un lot de graines de la même famille, vos plants ne seront pas à 100% identique.

Les « vrais » jumeaux, ne peuvent être que des clones (boutures)

Pensez à eux comme des frères et sœurs plutôt que des jumeaux identiques. Pour cette raison, dans n’importe quel lot de graines de marijuana, il y aura des variations. Et peu importe la façon dont vous conserver leur environnement de croissance.

Clones

Quand il s’agit de la génétique de la marijuana, il est difficile de couvrir le sujet sans soulever le sujet des clones. Le clonage est la seule façon de concevoir un génotype qui sera exactement la même que la plante mère. Même si vous élevez deux plantes qui ont la génétique parfaite pour ce que vous voulez accomplir; il y aura toujours des variables supplémentaires.

Bouturez la meilleure génétique possible

Le clonage, cependant, consiste à copier les gènes d’une plante. Par conséquent, les producteurs de marijuana devraient cloner leurs plantes au lieu de commander des semences. Si vous avez un groupe de clones croissant ensemble et que l’environnement est le même pour tous. Vous vous retrouverez avec la même plante. Mais de différents environnements, cependant, conduira à des résultats différents… (ce qui peut être une expérience utile à sa manière).

Tags : Cannabisculturegrowweed
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis