Culture & Grow

Coatch en cannabis

La renaissance du métier de cannabiculteur

Carrière : Encourager les producteurs à obtenir de magnifiques buds

Dans une ère de tout fabriqué à la main, Natalie Carver aide les résidents à cultiver leur marijuana. Sa petite équipe chez Buds Organic installe des jardins intérieurs dans les maisons des clients. Elle enseigne aux gens comment entretenir leur propre pot de culture dans leur propre maison. En février 2015, Washington, DC, a adopté la Prop 71, qui, entre autres choses, a permis à quiconque de cultiver jusqu’à six plants de marijuana pour la consommation personnelle. La loi a permet la renaissance du métier de « jardinier »; en terme plus exact la carrière de coatch en cannabis, là où la culture de marijuana est à 100% légale. 

Coatch en cannabis chez Buds Organic

Elle sertie les plants de marijuana avec du romarin, de la lavande, et de la molène (bouillon blanc). La molène est une plante est une plante dont se servait les Amérindiens lors des cérémonies spirituelles, un genre de dilatateur bronchique. Il est évident que  Natalie respecte la marijuana comme le ferait un sommelier pour le vin. Pour elle, le cannabis n’est pas une drogue – c’est une culture. Cette mentalité semble faire partie d’une tendance plus large: celle des agriculteurs traditionnellement inscrits dans l’industrie du cannabis.

Natalie, métier : Coatch en cannabis

Aujourd’hui, Natalie gère l’environnement  de plus d’une douzaine de client à travers Washington DC . La plupart ont d’abord communiqué avec elle par le biais de ses services de jardinage urbain. Evidemment, sa clientèle est en pleine expansion. Pour un tarif allant de 800 $ à 1 200 $, Natalie se rend chez un client et installe une culture de marijuana optimum.  Natalie revisite le client une fois toutes les quelques semaines (à 75 $ par visite) pour vérifier les plantes et donner la sagesse au le processus de croissance. Le salaire annuel est variable, selon le nombre de clients et de visites de jardin par an. En moyenne, un coatch en cannabis gagnera entre 35 000 $ à 42 000 $ par an.

Natalie Carver aide les cultivateurs potentiels à conserver les plantes de cannabis en bonne santé.

Entreprise de « jardinage »

Le processus se poursuit avec des visites de jardin de routine, où Carver vérifie la plante pour s’assurer qu’elle obtient les nutriments dont elle a besoin. Toutefois, il est rare qu’elle parte en dépannage pour une catastrophe, mais ceci fait parti aussi de son emploi à plein temps. Carver  développe des «sols superbes» et organiques. En effet, des sols  qu’elle fait elle-même à partir d’un compost incluant le varech, l’algue, le guano, le repas de luzerne et plus encore…

Le coatch s’adapte à tout type de culture, et de souches

Mais, en vertu de la loi, Buds Organic n’est pas autorisé à fournir au client les graines réelles. Néanmoins, ils pourront vous fournir des conseils sur où les acheter. Enfin, bien que les besoins des clients varient – médicinales ou récréatives – Carver dit qu’elle n’a jamais eu un emploi aussi «amusant» que celui-ci.

«[Nous] traitons cela comme une entreprise, et non comme un passe-temps de stoner», dit-elle.

Accéder au métier de Coatch en cannabis

Natalie Carver a étudié dans l’anthropologie à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver. Et c’est bien au Canada qu’elle a commencé à cultiver et comprendre le monde du cannabis. En effet, elle dit qu’elle est tombée amoureuse des cycles de croissance naturels des plantes, du cannabis et de la « saisonnalité du travail ». Toutefois, Carver est également un cultivateur de légumes local, et beaucoup des qualifications qu’elle emploie dans son travail de coatch sont issus de ses connaissances en jardinage.

«C’est vraiment un beau processus,» dit-elle. « [Vous] commencez avec une graine [et] quatre mois plus tard, vous avez une fleur fumable. »

Pour résumer, le métier de coatch en cannabis contient :

  • Conception et installation : Le coatch aidera à à concevoir et à installer un ensemble adapté à vos besoins. La mise en place est un coût ponctuel. Les jardins de Natalie durent des années…
  • Coaching : Le coatch visite régulièrement pour vous apprendre absolument tout ! De la graine aux bourgeons. Les résultats sont optimaux, les visites sont hebdomadaires ou bihebdomadaires.
  • Consultant : Qu’il s’agisse de démarrage, de dépannage ou de conseils généraux, le coatch viendra  à vous et vous aidera à le résoudre.

« Beaucoup de compétences en jardinage sont des pouvoirs d’observation », dit Carver. « Le but est de faire une plante plus belle, plus parfaite – c’est ce que je cherche. »

Une des conditions majeures pour devenir coatch en cannabis, habiter dans un pays où c’est légal…

Carver dit qu’un bon coatch en cannabis doit avoir une connaissance approfondie de la marijuana. En outre, cela ne signifie pas où l’acheter, ou comment la rouler…  En conclusion, cela signifie qu’un coatch connaît les souches du cannabis et la façon de garder une plante saine. Il doit aussi faire preuve de pédagogie, et d’une certaine sympathie à l’égard du cultivateur en herbe.

Tags : culturegrowmetierplantationUS
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis