L’utilisation régulière de la marijuana pourrait affecter la vision

La consommation régulière de cannabis retarde le traitement de l’information visuelle dès le début, dans la rétine. C’est ce que constate les résultats d’une étude publiée jeudi dans JAMA Ophthalmology, et soutenue par la Mission interministérielle française de lutte contre la drogue (MILDECA) … Cette perturbation peut avoir un impact sur la vue des fumeurs réguliers et les consommateurs, et même si l’influence est très faible. Mais certains experts disent que la preuve présentée dans l’étude n’est pas assez forte pour soutenir le lien entre ces deux facteurs.

blue-eye-161208

Les cellules ganglionnaires rétiniennes

Les cellules sur lesquelles les chercheurs se sont penchés, appelées cellules ganglionnaires rétiniennes, sont situées près de la surface interne de la rétine de l’œil. Ces cellules recueillent des informations visuelles et les transmettent au cerveau.

1002100-retine
Coupe de la rétine

La rétine est une membrane mince et transparente dont la face postérieure est en contact avec la choroïde. Ceci par l’intermédiaire de l’épithélium pigmentaire, et la face antérieure avec le corps vitré. Le signal lumineux est transmis au cerveau par le nerf optique. La vascularisation de la rétine est assurée en surface par l’artère centrale de la rétine.

macula
La rétine est l’organe sensible de la vision

Les cellules ganglionnaires sont partiellement responsables de transformer la lumière (stimulation visuelle) en une série d’impulsions électriques, appelées potentiels d’action. Ces potentiels d’action sont d’ailleurs générés de façon spontanée. Et c’est donc leur fréquence de décharge qui est amplifiée ou diminuée par l’apparition de lumière dans leur champ récepteur.

«Le moment où les signaux circulent de la rétine au cerveau visuel est essentiel pour le traitement visuel normal», a déclaré Laura Frishman, doyenne adjointe au Collège d’optométrie de l’Université de Houston, qui n’a pas participé à l’étude.

L’étude sur les cellules ganglionnaires

L’étude publiée dans JAMA Ophthalmology comprenait 52 personnes qui avaient consommé de la marijuana au moins 7 fois par semaine. Et 24 personnes qui n’avaient jamais consommé de marijuana. Les deux groupes étaient âgées de 18 à 35 ans. L’urine de la population a été testée au THC.

4photorecep
La synchronisation de l’horloge biologique dépend de la lumière perçue …

Les chercheurs ont testé la vision des participants et ont constaté que leur vision était relativement bonne. Par contre, aucune personne dans le groupe d’étude a déclaré avoir des problèmes visuels de l’utilisation tels que la vision floue.

marijuana-vision-loss-02-16-720x340

Le cannabis est connu pour agir sur les transmissions synaptiques du cerveau. Puisque la rétine est une extension du système nerveux central. En outre, une étude comparative des processus rétiniens chez les utilisateurs réguliers de marijuana  pourrait fournir plus d’informations sur le sujet. Les chercheurs ont examiné si le cannabis dérange la fonction des cellules connues sous le nom de cellules ganglionnaires rétiniennes.

« Nous sommes particulièrement intéressés par ces cellules ganglionnaires parce qu’ils se comportent comme des cellules du cerveau », a déclaré Laprevote.

Laprevote et ses co-auteurs ont découvert un délai de réponse différé pour les utilisateurs de cannabis. En moyenne, les utilisateurs de marijuana ont enregistré 98,6 millisecondes, contre 88,4 pour les personnes du groupe témoin. Ceux qui ont utilisé le cannabis avaient un léger retard dans le temps de réponse entre la rétine au cerveau.

« Une telle anomalie pourrait être imperceptible pour les utilisateurs de cannabis », a déclaré le Dr Vincent Laprevote, auteur principal . « Cependant, il est important, car il pourrait refléter les changements dans la communication entre les cellules neurales impliquées par l’utilisation régulière de cannabis. »

110559_large
Les chercheurs ont utilisé une  électrorétinographie,  consistant à analyser la réponse électrique de la rétine à une stimulation lumineuse

La controverse

La recherche a été soutenue, en partie, par une subvention française de la  Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives (MILDECA)… Le Dr Christopher Lyons du département d’ophtalmologie et des sciences visuelles de l’Université de la Colombie-Britannique et Anthony G. Robson du département d’électrophysiologie de l’hôpital Moorfields Eye de Londres estiment que l’article aborde un problème important et négligé: les effets toxiques possibles du cannabis

moor_1
La façade de l’hôpital ophtalmologique à londres dispose d’une utilisation impressionnante de LED…

Tout effet négatif sur le système visuel «aurait également des implications pour la conduite, le travail et d’autres activités», ont écrit Lyons et Robson dans un éditorial accompagnant l’étude. Parmi les défauts de la recherche, le petit nombre de participants et  l’incapacité à déterminer la modération de consommation des participants…

un-homme-fume-un-joint-a-une-competition-de-cannabis-a-portland-en-oregon-le-4-octobre-2015_5450319
Un homme fume un joint à une compétition de cannabis à Portland, en Oregon

Lyons a noté que bien que les résultats d’électrorétinographie aient suggéré une différence entre les utilisateurs de marijuana et non utilisateurs. En outre, le délai ne semble pas se traduire en problèmes réels avec la vision des utilisateurs.

«Les lacunes dans la conception de l’étude, les méthodes et l’analyse des données, reconnues en partie par les auteurs, affaiblissent leurs conclusions», ont écrit Lyons et Robson.

Davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer l’implication du cannabis. En effet, les utilisateurs de marijuana n’ont pas eu de symptômes visuels réels. Ni même des changements dans la qualité de leur vision, a déclaré Lyons dans Live Science.

rtr1zlxz

En outre, il existe de nombreux autres facteurs tels que le tabagisme, le régime alimentaire et le mode de vie qui pourraient affecter le fonctionnement de la vision. Ainsi ces facteurs auraient pu affecter les résultats de l’étude selon Lyons et Robson.

Tags : Angleterrecannabis médicalcannabis thérapeutiqueÉtudeFrancerecherchescienceTHC
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis