Rôle du CB2 dans le syndrome douloureux régional complexe
Medical

Rôle du CB2 dans le syndrome douloureux régional complexe

Les cannabinoïdes peuvent traiter les syndromes neuropathiques & les réponses neuro-inflammatoires

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un trouble neurologique antérieurement appelé « dystrophie sympathique réflexe ». Les patients souffrant de SDRC  éprouvent de la douleur chronique dans une certaine partie de leur corps.  La douleur peut commencer après une entorse mineure ou après avoir subi une simple chirurgie. Mais qui apparaît beaucoup plus grave que ce à quoi on pourrait s’attendre en considérant la blessure originale. Le récepteur cannabinoïde 2 (CB2) est apparu comme une cible prometteuse pour le traitement de différents syndromes douloureux neuropathiques comme la SDRC

syndrome_douloureux_gallerylarge

Le syndrome douloureux régional complexe  (SDRC)

Tous les patients atteints de SDRC éprouvent de la douleur chronique dans une certaine partie de leur corps. La plupart du temps la douleur réside dans un bras ou dans une jambe. En outre, ils auront également certains des symptômes suivants :

ka1387p20_655_400_filled
Rééducation dans le cas d’ un Syndrome douloureux régional complexe de type I
  • Une différence de température ou de couleur de la peau du membre touché
  • Des limites dans l’amplitude du mouvement du membre
  • Une peau très sensible, semblable à un coup de soleil douloureux
  • De la transpiration excessive dans le membre touché
  • L’œdème d’une main ou d’un pied
  • Des tremblements
  • De la faiblesse dans un bras ou dans une jambe
  • Des changements de la peau, des cheveux ou des ongles du côté touché
  • Une diminution de la densité osseuse (et de possibles fractures)

MDA7, un nouvel agoniste CB2

Selon une nouvelle étude publiée par European Journal of Neuroscience, les agonistes du récepteur CB2 – comme les cannabinoïdes dérivés du cannabis – peuvent offrir un traitement pour les symptômes neuropathiques et les réponses neuro-inflammatoires. L’étude a été publiée à l’avance par l’Institut national de la santé des États-Unis.

figure-3-implication-du-cb-2-r-dans-la-douleur-en-reponse-a-une-lesion-cutanee-les-copie
Implication du CB 2 R dans la douleur. Ici en réponse à une lésion cutanée, activant en parti les kératinocytes qui sécrètent des neuropeptides

L’étude s’attache aux  modèles de douleur neuropathique, à la microglie activée exprimant les récepteurs CB2 qui sont observés dans la moelle épinière. En utilisant la douleur post-ischémique chronique (CPIP) comme modèle de SDRC [syndrome régional complexe de douleur] les chercheurs ont utilisé des rats pour déterminer les avantages potentiels d’un agoniste sélectif CB2 destiné à imiter les effets des cannabinoïdes.

a_08_cl_alz_1b
Rôle des cellules microgliales dans la réponse inflammatoire

Dans cet esprit, les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’un agoniste de CB2 pourrait «moduler la neuroinflammation et la douleur neuropathique dans un modèle d’ischémie de SDRC en régulant la signalisation CB2 et CX3CR1».

Les rats du groupe CPIP présentaient une hyperémie ( hausse anormale de l’afflux de sang dans un organe) et un œdème significatifs de la patte arrière, des comportements de douleur spontanée (tremblement et léchage de la patte postérieure), tandis que l’administration intraperitoneale (dans la moelle épinière) de MDA7 (un agoniste sélectif CB2) atténuait l’allodynie mécanique induite par la douleur CPIP. L’allodynie est la survenue d’une douleur déclenchée par un stimulus qui est normalement indolore.

carac_photo_1
Allodynie et hyperalgésie au cours des douleurs neuropathiques

Conclusions

Le traitement à base de MDA7  interfère avec les événements précoces dans la réponse neuropsychologique. Ceci en supprimant l’œdème périphérique, l’activation spinale microglial et l’expression des récepteurs CX3CR1 et CB2 sur la microglie dans la moelle épinière.  Le MDA7 a également atténué la perte de fibres nerveuses intra-épidermiques induite par CPIP.

L’étude conclut; « Nos résultats suggèrent que MDA7, un nouvel agoniste CB2, peut offrir une approche thérapeutique innovante pour le traitement des symptômes neuropathiques et neuro-inflammatoires induites par CRPS-I dans le cadre de l’ischémie et de la reperfusion des blessures. »

what-are-cannabinoids-e1480481986557
Les agonistes majeurs des récepteurs CB1 & CB2 , les cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis

Le MDA7, ce nouveau agoniste du récepteur CB2 comme tout cannabinoïdes se lie au récepteur CB2 (majoritairement le THC). Il peut offrir une approche thérapeutique pour les symptômes neuropathiques  et neuro-inflammatoires induites par le syndrome régional complexe de la douleur. Mais aussi, le MDA7 est efficace surtout dans le cadre d’une diminution de l’apport sanguin artériel à un organe (ischémie), et dans le cas d’un  rétablissement de la circulation sanguine d’une artère bloquée (reperfusion des blessures).

Tags : cannabinoïdecannabis médicalcannabis thérapeutiqueCB2Neurosciencerecherchetraitement
emnl

The author emnl

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis